Vous êtes ici :   Accueil » Activités 2016 - Les CR
 
 
Activités
Les raids
Entretien
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://blanquetin.free.fr/data/fr-articles.xml

 

Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Aout Septembre Octobre Novembre Décembre
03 10 17 24 20 06 13 20 27 03 10 17 24 01 27 05 19 26 03 17 24 31 07 14 21 28 11 18 25 09 16 23 30 01 06 27 30


 

Décembre

​​

Dimanche 30 décembre 2016 : 
  Saulx (91)

Après un gros rhume tenace qui m'a tenu éloigné des sentiers ces derniers temps, je profite d'une proposition de Jean-Pierre, pour la "der" de l'année. Tout est givré depuis 2/3 jours et le thermomètre est en dessous de zéro, Heureusement, notre sortie est prévue pour l'après midi. Jean-Pierre m'avouera plus tard, qu'en fait,  il lui manque une vingtaine de kilomètres pour atteindre les 5000 cette année. Pour ma part, ca ce compte en milliers !!
Je m'équipe chaudement avant de passer prendre Jean-Pierre pour son parcours habituel dans la forêt de Saulx. Le décor est beau, tout est givré à Saulx mais il ne fait vraiment pas chaud. JP décide de raccourcir le parcours en zappant le bois de St Eloi. Nous jardinons pour remonter vers Villejust. Nous longeons un champs puis empruntons un chemin de chasseur puis celui des.....sangliers .

Saulx_30122016_1.jpg  Saulx_30122016_1.jpg  Saulx_30122016_1.jpg


Le givre nous tombe dessus régulièrement. Nous tournons en rond non loin du poste électrique. Nous tentons une sortie à travers les ronces, en vain. Nous rattrapons de nouveau le chemin des chasseurs. 
Sur le retour , dans la forêt de Saulx, je regarde une fraction de seconde mon GPS, au même moment que Jean-Pierre tourne. Impossible d'éviter sa roue arrière et boum Je m'en sortirai avec un énorme bleu à la cuisse. Nous avons l'impression que la température baisse au fur à mesure qiue nous nous rapprochons de la maison.
32 kms pour cette dernière sortie de l'année.....quelque peu glacial.

Saulx_30122016_1.jpg    Saulx_30122016_1.jpg

Novembre

​​

Dimanche 27 novembre 2016 : 
  Fontainebleau (77)

Peu de monde de dispo pour cette sortie à Fontainebleau. Du coup elle se fera avec Jean-Pierre.

Le parking est déjà plein lorsque nous arrivons. Pourtant le brouillard est présent et la température fraiche. Le départ est différent de d'habitude et plus roulant, ce qui n'est pas désagéable au d'être tout se suite dans l'effort. Nous descendons vers le bas de Fontainebleau en faisant un petit détour vers le Mont Fessas. En passant proche des Georges du Houx, nous empruntons presque une piste à sanglier après avoir perdu la trace. Nous traversons le long boyau et arrivons au circuit de la gendarmerie. Nous profitons d'un parcours, tournicotant dans tous les sens. 

 Fontainebleau_28112016_1.jpg

Nous prenons l'inévitable bac à sable, je loupe une trace et m'enlise. Malgré plusieurs essais, impossible de repartir sur le vélo. Nous rejoignons le Rocher de la Salamandre, tout juste praticable par endroit mais qui a le mérite d'enlever le sable de la transmission. Nous nous mettons en jambe en traversant le Mont Morillon avant d'attaquer la redoutable Avenu de Maintenon. Malheureusement, le brouillard est toujours présent et nous ne pouvons pas profiter de la vue. Nous faisons le tour du Mont Chauvet pour rattraper le sympathique Rocher d'Avon ou nous faisons une pause bien méritée. Jean-Pierre en profite pour regonfler une deuxième fois son pneu avant, la valve n'a pas l'air au meilleur de sa forme. Nous tournons à l'inverse de d'habitude ce qui rend la montée du Mont Andart largement plus accessible que celle, droit dans la monte, que,  nous prenons en descente aujourd'hui. 

C'est la remontée vers Fontainebleau via la traditionnelle Butte Montceau et sa traditionnelle arsouille. Comme à son habitude, Jean-Pierre attaque dés le bas (il est chiant pour ça) Je fais donc l'effort afin de ne pas être décroché. Il a l'air moins en forme que d'habitude donc démarrage mesuré ce qui me permait de rester au contact assez facilement puis de fournir l'effort à mon tour avant le sommet.

Nous passons nous loin de Dénécourt pour rejoindre le nouveau tracé de MDF. Nous le trouvons facilement, il y a déjà une douzaine de concurrent sur place. La trace n'est pas très longue. Nous faisons un premier tout en suivant tout le monde puis un deuxième pour....Strava. Je suis agréablement surpris par le tracé, technique dans l'ensemble donc attention, je ne le conseillerai pas un premier venu ou débutant. Personnellement, je reste mitigé sur cette action, notamment, lorsque je vois les concurrents des course d'orientation ou autre qui n'hésitent pas à couper au plus court et donc piétiner la végétation, sans compter le labourage omni présent fait par les sangliers. Y a t il aussi un parcours de prévu pour eux ? Bon, chacun à sa propre vision du sujet........D'ailleurs il devait  avoir une course aujourd'hui vu le nombre de balises dispersées sur le terrain.

Nouvelle pause avant les 10 derniers kilomètres. Le brouillard s'est enfin levé. Nous prenons le magic single avant la terrible montée des vestiges ou nous buttons aujourd'hui, aussi bien dans la partie inférieur que supérieur, trajectoire à retravailler. Retour par le Rocher Saint Germain et la grotte aux Cristaux.  Nous longeons les hauteurs de la Solle jusqu'à la mare aux liqueurs, plus facile dans ce sens. Malgré tout et contre tout attente, mon pneu avant rippe sur une racine. Sanction immédiate, je finis la tête contre un arbre en 1/4 de seconde. Nous rejoignons le parking par Apremont pour finir. 

Une belle sortie, comme d'habitude à Fontainebleau. 50 kms en 4h30 au total.

(Haut de page)​​



Dimanche 06 novembre 2016 : 
 Vaux de Cernay (78) Spécial Costauds

Cela faisait longtemps que l'on devait faire une sortie en vallée de Chevreuse avec Pedalator Family sur une trace concoctée par Jean-Marc.
Une belle équipe est au rendez vous, Bastien, Alain, Patrick, Xavier et Christophe (Pedalator team). Je vais faire pâle figure au niveau technique, il y a du lourd aujourd'hui.
Nous partons par le Bois Châtel pour rejoindre Maincourt. On reconnait tout de suite la patte du traceur. Pas le temps de s'échauffer, ça monte, ça descend dès les premiers kilomètres. Les singles s'enchainent. Le peu de route du circuit est en côte comme la montée vers le Champtier des Fourneaux. On me rattrape vite fait dans la butte Rouge. Je venais de louper un single sur la gauche. Le tracé tournicote sévèrement. On passe par tout ce qui se monte ou ce qui se descend. Soit on est assis sur le pneu arrière, soit couché sur le cintre. Je ne me laisse pas embarquer dans les descentes monstrueuses et préfère les passer à pieds. Celle appelée la descente du Chalet est vertigineuse avec une arrivée sur une dalle. Seulement une petite moitié de l'équipe la tentera.
Le compteur tourne doucement même pas 20 kms et déjà, plusieurs centaines de D+. Xavier nous fait une démonstration dans un atelier technique improvisé. Toujours aussi facile pour lui. 
Nous prenons le passage ou Patrick avait crevé à la rando de Choisel. L'équipe se disloque rapidement d'un coup. Bastien me lance un : "j'ai cassé ma chaine". Je finis de monter avant de redescendre avec Jean-Marc mais Mary et  Christophe ont disparu. Ils sont en fait un peu plus loin et ont stoppé pour un bris de chaine également. A croire que le coin est maudits. Je monte et descend tranquillement en attendant que Bastien répare, si tranquillement que j'arrive à chuter à 2km/h en glissant sur une racine et juste devant Jean-Marc, qui en profite !!. Nous arrivons dans les Vaux. L'heure tourne, Xavier, Patrick et Christophe préfèrent couper pour rentrer. Dommage, le passage dans les Vaux est exceptionnel, des côtes à répétition dont certaines ou nous sommes tous à pieds, malgré nos efforts acharnés (une pensée pour Patrick). Mon pied gauche a du mal à décrocher. Je me couche régulièrement quasi à l'arrêt ce qui me mets pas en confiance dans les passages difficiles.
Nouveau bris de chaine, l'attache rapide d'Alain a lâchée. Moment d'inquiétude car il roule en 9v qui n'est plus trop le standard. Mais pas de panique, je suis également en 9v. De plus Jean-Marc est équipé pour le 9v, 10v et 11v, un vrai magasin ambulant. Je lui passe une attache et nous repartons dans les montagnes russes. Quelques mètres  roulants font du bien aux jambes. Une ième côte avec un sacré pourcentage. Malgré tout, Jean-Pierre en monte une bonne partie. Bastien l'essaie en 2 fois sans succès. Dur dur pour lui en pédales plates.Nous sortons tout juste des difficultés pour rejoindre la route du parking.
Peu de kilomètres, 45 mais 1300 m de D+. Il est 15h lorsque nous sommes de retour. Bon ! c'était une sortie vraiment costeau avecune équipe comme j'aime. Bravo et merci à Jean-Marc pour cette belle matinée.

(Haut de page)​​

​​

Mardi 01 novembre 2016 : 
  Promenade de l'Orge et Forêt Turpin by les hommes verts

Je n'avais pas prévu de rouler aujourd'hui car je voulais profiter du beau temps pour effectuer quelques travaux exterieurs mais c'était sans compter sur une invitation du coach pour aller rouler avec les hommes verts. Vu les problèmes que l'on a eu dimanche, je n'avais pas  trop mal aux jambes wink
Départ en vélo direct de chez Jean-Pierre pour un RDV à 9h à la fameuse piscine. Nous retrouvons OLIPIC, Philippe E, Stéphané et Christophe que je ne connaissais pas.
Nous prenons la promenage de l'Orge jusqu'à Ollainville, sous la direction de Philippe. Je suis un peu surpris, j'ai plus froid qu'au départ. Je suis frigorifié au passage des étangs près d'Egly. C'est en fait l'humidité omnis présente ce matin. Nous récupérons plusieurs degrés en laissant l'Orge pour rejoindre Bruyère le Châtel et le forêt de Turpin. Olivier nous fait découvrir de belles bosses et des petits singles, que seuls doivent connaitre les cueilleurs de champignons. Nous passons par le bas de Turpin ou toutes les ornières sont sèches....rarissimes. Puis c'est la longue remontée le long du camp militaire. Christophe, qui reprend le VTT, commence un peu à fatiguer. On prend le chemin du retour par le bois du Déluge Il nous laisse lorsqu'Olivier nous invite à passer par la Tour. Il connait tout les recoins, au lieu de la nocturne. Avant un regourpement pour  le retour sur Longpont, nous avons perdu Jean-Pierre. On décide que le retrouva à la piscine. Effectivement il est déjà là à notre arrivée.  Nous saluons Olivier  et Philippe et rentrons en compagnie de Stéphane. Il en a gardé sous la pédale. Le retour est rapide avec un petit sprint sur la route devant Perray Vaucluse. J'appuie fort sur les pédales jusqu'à l'entrée de Villemoisson. Jean-Pierre, qui était dans ma roue, me passe lorsque je lève le pied. Nous Passons par le parc de Morsang puis saluons Stépahne avant de remonter sur le plateau. 
65 kms en 4h30 au total. Une sortie cool mais bien agréable.

(Haut de page)​​

Octobre



Dimanche 30 octobre 2016 : 
 Fontainebleau (78) et les problèmes mécaniques

Le nombre de volontaire est un chute libre. Le coach décide un retour sur Fontainebleau. Pour ma part, j'aurais bien continué sur Chevreuse. Trop tard pour changer de destination, Xavier et Patrick ont déjà répondu. 

Rdv pris sur nore parking habituel. Il y a juste une seule voiture  à notre arrivée. Nous attendons Xavier, dans la voiture, Patrick ayant déclaré forfait. Nous voyons enfin  Xavier arriver. Le temps de sortir les vélos, il a disparu. Petit échange de SMS et tout rentre dans l'ordre, il ne nous avait pas vu et a eu un doute sur le parking.

Départ par Apremont ce qui nous fait vite oublier la température un peu fraiche ce matin. Le passage de la mare aux liqueurs est assez délicat. Le terrain est peu plus humide que prévu et la simple racine peut être traite, ce qui ne gène par Xavier avec son Fat mais je préfère rester prudent et regarde à l'oeuvre Jean-Pierre et Xavier dans les passages difficiles. Sans le faire expres, nous loupons la trace dans le rocher St Germain. C'est une variante bien sympathique. Nous sommes à Fontainebleau donc atelier technique obligatoire. 

Dans le rocher Cassepot, Xavier passe aisément un rocher. Il prend bien à gauche pour rouler sur la mousse afin de trouver de l'adhérence. Jean-Pierre essaie à son tour. Après plusieurs tentatives et un beau salto arrière, Jean-Pierre passe enfin. Pour ma part, je préférais tenir la caméra !! Nous faisons une pause au point de vue. Le temps est magnifique. 

Je repars en tête puis Xavier et Jean-Pierre. Mais après quelques dizaines de mètres, plus de Jean-Pierre. On stoppe. Il y a un chemin sur notre gauche un peu plus loin, mais personne. Nous croisons un groupe de 4 vététistes puis décidons de faire demi tour. Nous aperçevons JP entouré des 4 vététistes. Sa manivelle s'est dessérée et par miracle l'un d'entre eux à la bonne clé Allen. Ouf ! 

Malheureusement, la vis tourne dans le vide. Le filetage est "mort". Rien à faire, on salut les sauveurs du jour et décidons de rentrer. Nous sommes à l'opposé du parking. Nous repartons quelques mètres mais la manivelle ne tient pas et l'autre côté finit par sortie aussi. On arrive à enlever la rondelle qui protège le roulement ce qui donne un peu plus de filetage. En fait la vis de la manivelle est trop courte et elle ne prend que sur 2 ou 3 mm. Xavier a lui aussi la bonne clef Allen. Jean-Pierre arrive à donner un tour supplémentaire. Elle a l'air de tenir. Jean-Pierre, un peu têtu smile, veut finir le parcours à tout prix. Ce serait dommage de ne pas profiter de celle belle matinée mais, je reste sur ma réserve. C'est une solution "pour rentrer" tranquillement mais sans plus. Je suis toujours prudent dans le passage des rocher mais Jean-Pierre suit Xavier, et, pour descendre "une marche" sa roue avant est légèrement braquée, elle ripe et boum c'est l'OTB, sans gravité.

J'arrive à la Croix d'Augas mais personne derrière. Ils arrivent enfin, la manivelle n'a pas tenue. Ca se complique !  Comment faire tenir cette p... de manivelle ? L'axe est creux, il faudrait un boulon pour le traverser mais pas de Casto en vue. Les colliers Rilsan vont nous sortir d'affaire. On en passe un dans l'axe, d'un côté et un autre de l'autre côté. On les raccorde. On utilise les démontes pneus en fer comme guise de goupille de chaque côté et on sert le tout. Ca a l'air de tenir et maintenant Jean-Pierre est décidé à rentrer direct (bien!). Nous prenons les grands chemins et ça tient. A mi parcours du retour, nouvel arrêt pour doubler le collier qui se déserre sous la pression. Le système est opérationnel, tellement que JP n'hésite pas à envoyer un peu sur la route du Luxembourg puis  celle des artistes. Une fois de plus, nous avons pu rentrer sur le vélo.

Sortie de peu de kilomètres mais riche en évènements.

(Haut de page)​​



Dimanche 23 octobre 2016 : 
 La Magny Futée à Magny le Hameau (78) 60 kms       geoportail.jpg

Légère hésitation entre la Viking et la Magny futée. Un bon groupe va à la Viking mais cela nous fait presque 100 kms pour nous y rendre donc ce sera pour une prochaine fois La Magny futée avait été reportée pour cause d'inondation. J'ai quelques souvenirs à Magny. Lors de ma première participation, j'avais sous estimé cette rando et était revenu vers les 15h. Une autre fois je m'étais perdu et avait été obligé de demander à Jean-Pierre de me récupérer à un rond point. C'est non loin de ce même rond, que je reconnais à notre arrivée, qu'à lieu le départ cette année.. Il y a des voitures de garées partout. L'organisation nous indique un parking à quasi deux bornes du départ. Tenue d'hiver exigée : 5° au départ. Patrick est déjà là. Nous rejoignons les inscriptions : plein de monde. Je prends un bulletin d'inscription, imprimé si petit que je peine à le remplir sans mes lunettes. Il est 8h45 lorsque nous partons. Je discute avec Patrick tandis que Jean-Pierre est déjà devant probablement pour se réchauffer au plus vite. Pour ne pas me faire distancer, j'accélère un peu, c'est dur à froid surtout lorsque ça monte. Jean-Pierre appuie bien aussi. Dans une côte, Il me dépasse en prenant sur la gauche. Il y a déjà un concurrent et je prends l'option sur la droite, probablement la plus roulante mais la plus dure. On arrive rapidement dans le parc Bruneau avec de nouveau un mur. Je fais l'effort mais dur dur !  Nous faisons le tour du Bois des Grais puis longeons le bois d'Aigrefin. Les raidards s'enchainent dans le bois de Chevincourt. Nous arrivons au premier ravitaillement. J'avais un peu peur vu le nombre de participants au départ mais il y a de quoi manger. Nous repartons et suivons le balisage mais il ne correspond pas à la trace que Jean-Pierre avait récupéré. Nous faisons demi tour mais nous sommes vraiment à contre sens des autres. De nouveau demi tour pour suivres les concurrents. Effectivement, nous ne tardons pas à retomber sur la trace.Jean-Pierre avait récupéré celle de la rando d'origine qui diffère un peu aujourd'hui.
Nous faisons le tour de la forêt de Beauplan puis une petite erreur de parcours à Rhodon. Heureusement, le GPS est là. Forêt de la Madeleine, forêt de Méridon, vraiment un beau parcours de proposé aujourd'hui. Je ne vois plus Patrick ni Jean-Pierre, J'espère qu'ils n'ont pas eu de problème technique. Je passe par Choisel à l'inverse de la rando du même nom. J'ai trouvé un lièvre depuis quelques kilomètres mais, malheureusement, il peine un peu dans la montée vers la porte de la Ferte à la sortie de Choisel. Je le double et continue tout seul. J'arrive dans les fameux lacets en descente vers les Vaux. Et bien pas du tout, le tracé quitte le chemin traditionnel pour s'enfoncer dans la végétation. Superbe variante à refaire !
Nous arrivons tous les 3 au ravito près du resto, enfin ce qu'il en reste, sur la D91. Nous repartons par Fougerolles, Maincourt, Saint Forget. Je commence à payer l'exigence du parcours. Je m'applique dans une longue descente mais je suis crisppé, comme souvent. Du coup, je n'ai pas pu récupéré et je commence à avoir mal aux jambes. La fin de parcours n'est pas si roulante que cela. Je suis obligé de laisser passer Jean-Pierre, qui en à probablement gardé sous la pédale puis Patrick, après Saint Lambert. Je roule en mode "sécurité". Je tire tout droit au moulin de Fauveau au lieu de prendre à gauche. Je ferais les  2 dernières montées à pieds. Celle dans le bois de la Vigne est hors de portée. J'arrive enfin avec un vent de face dans la dernière ligne droite. Je retrouve le reste de l'équipe. Patrick nous salue pendant que nous allons récupérer notre sandwich.
Vraiment une belle rando que j'ai encore sous estimée cette année. Elle me rappelle la Cernaysienne. En peu plus de 62 kms en 4h30 au total.

(Haut de page)​​



Dimanche 16 octobre 2016 : 
  Petite sortie route de 44 kms       

Le coach a prévu une rando de route de 90 kms : le tobbogan Meudonnais. Les ravitaillements sont, paraient ils, exceptionnels mais la distance est trop importante pour moi. Donc deux choses importantes ce WE, rouler et faire le CR, le coach surveille.
Dimanche, je fais la grâce matinée. Je me décide à partir mais....zut, la chaine est toujours sur l'établi. Heureusement, il n'y a qu'à la mettre en place. Je me suis battu toute la semaine avec mon pneu arrière qui ne tient toujours pas la pression. J'ai découvert une autre "fuite" lors de la réparation de la première. A part croiser les doigts pour que le préventif fasse son effet, je ne vois pas d'autre solution.
Temps quasi estivale malgré une petite fraicheur. Voulant profiter du beau temps pour mes travaux extérieurs, je prévois une sortie de 2h grand max. Pas de parcours défini. Mais ne voulant pas salir mon vélo ce sera de la piste cyclable voire de la route. J'avais une course à faire à Villabé, ca tombe bien. Je rattrape l'acqueduc de la vanne du Loing avant de jardiner autour de Courcouronnes. J'en profite pour faire un tour dans le Bois de la Garenne pour enfin récupérer la piste cyclable que j'avais vu vendredi en voiture. Pas facile de ne pas emprunter les voies rapides. J'arrive enfin à Villabé ou je m'octroie une pause de 2 mn. L'heure tourne et je ne veux pas trainer. J'avais prévu un retour par les berges de la Seine mais je n'ai pas le temps, il se fera par la piste cyclable le long de la N7. Le vent est favorable, le compteur indique souvent plus de 30. A Ris, je bifurque pour fair le tour du lac. Erreur, il y a un monde fou. Il fait vraiment un temps printanier. Je coupe à Viry pour remonter sur le plateau. 
Il est un peu plus de 11h30 lorsque je suis de retour. J'ai 44kms en 2h10. Une sortie bien rythmée et le timing est respecté. .

(Haut de page)​​



Dimanche 09 octobre 2016 : 
  La Rando VTT à Choisel (78) 60 kms       geoportail.jpg

La Rando VTT de Choisel est la rando dans les Vaux de Cernay. Je préférais de loin la Cernaysienne mais elle a disparue, me semble t il,  du calendrier. J'ai fait cette rando à plusieurs reprises mais j'en garde un souvenir vraiment mitigé. Je ne saute donc pas de joie quand le coach m'informe que se sera la direction du WE.

Vérification du vélo samedi soir, mon pneu arrière tient la pression, tout semble OK sauf l'erreur l'heure, Jean-Pierre passe me prendre à 7h15. Je manque un peu de motivation pour aller à Choisel de bonne heure.

Nous retrouvons "magic" David, Hervé, Sébastien de retour ainsi que Patrick. Inscription vite faite à 10 euros (Bof). La température avoisine les 5 degrés ce matin. Vivement que le réchauffement climatique s'accélère afin de rouler en short toute l'année.

Départ traditionnel par la montée du Château de Breteuil. Le soleil se lève ce qui offre un beau paysage.  Je discute avec David sur ses aventures XXXXXXL. Impressionnant !  Puis je chauffe tranquillement avec Patrick et Seb tandis que Jean-Pierre, Hervé et David ont déjà pris quelques mètres. Je sens une flottaison à l'arrière, encore ce satané pneu qui se dégonfle pourtant il avait gardé la pression.....dans le garage.

Après un passage dans le bois de Méridon, nous arrivons rapidement dans une de mes préférées, la côte du château de la Madeleine. Je distance un peu Patrick et Seb. 

Dans la forêt de Claireau une méga côte me fait mal aux jambes, heureusement, elle n'est pas très longue. J'essaie d'apercevoir le trio de tête, en vain, même dans la montée découverte après la forêt de Champfailly. Ils sont en forme !!  j'aurai besoin de regonfler. J'ai 15 kms au compteur et attends le  ravitaillement. Il tarde un peu. Il est à 20 bornes à St Lambert . En y arrivant, je regonfle mais fait la même erreur que l'autre fois, je mets trop de pression ce qui m'obligera de m'arrêter de nouveau quelques kilomètres plus loin. 

En allant me ravitailler, je cherche les tueurs du jour. Personne, sont ils déjà repartis ? Bizarre, pourtant c'était clair 3 devant moi et 2 derrière. Petit moment de solitude lorsque je vois David puis Hervé et Jean-Pierre arrivés. JP a eu un problème de selle en haut de la Madeleine. Je suis passé sans les voir ! Incroyable. Patrick arrive également. Nous saluons Rolland au passage. Seb a choisi de bifurquer sur le 50. 

Nous repartons avec des améliorations du parcours, signées Jean-Marc. Vers les 35 kilomètres, nous bifurquons. J'ai loupé les traces reçus par mail la veille. Je me cale en queue de peloton.  Après quelques dizaines de mètres, j'entends un pshitt long et progressif et m...... mais non c'est en fait le pneu de Patrick, qui me précède, Je stoppe également pendant que nos tueurs sont déjà partis.

Patrick est en chambre. Il a emprunté un vélo en test. Pas de panique il a tout ce qu'il faut. Démontage de la roue , du pneu, nouvelle chambre, remontage et gonflage sauf que....rien de gonfle. Nouvel essai avec ma pompe, même résultat. Tout en gonflant, j'entends un léger "flux" d'air. Il faut se rendre à l'évidence, sa chambre est percée. Redémontage, il cherche de quoi réparer mais son nécessaire est resté ....sur son vélo de route. Heureusement j'ai une chambre. Remontage, regonflage tout est OK. Nous repartons mais dans la montée suivante la chaine de Patrick passe derrière le grand pignon Zut ! Je redescends. Il arrive à la décoincer et la remettre. Nous repartons, cette fois pour de bon. Nous avons perdu beaucoup de temps et le téléphone sonne. C'est JP qui s'inquiète. Je lui laisse en message en lui demandant de ne pas nous attendre. Nous filons à vive allure sur le haut du bois de la Veille Bonde.Nous arrivons rapidement au 2eme ravitaillement dans l'ancienne sablière. Je SMS à Jean-Pierre pour lui donner notre position et faire une petite pause de 5mn.

Cette 3eme partie est plus roulante. Nous maintenons un bon rythme pour refaire notre retard. Tant pis pour les variantes Pédalator. Le bas des Vaux est un peu humide sans plus. C'est le finale de "l'homme en jaune" dans le bois Boisseau. 

Dans la dernière partie 3 ou 4 gars me doublent suivi par Patrick. Je prends sa roue quelques mètres avant de fournir mon effort en espérant que l'organisation n'a pas mis la côte de le JR au programme aujourd'hui.  Pari gagné j'arrive sur le plâteau ou j'accélère de nouveau. Je m'applique dans la descente qui me ramène vers Choisel. Je ralentis avant l'arrivée.  Je vais chercher mon Hot dog lorsque je croise Hervé puis les autres. Nous retrouvons également Sébastien, Jean-Marc et Mary.

Une belle sortie sous un beau soleil malgré la fraicheur matinale et les problèmes mécaniques. Du coup 60 kms en 4h21. Malheureusement aucune nouveauté sur ce circuit connu. Pourtant il y a des belles variantes à disposition.

(Haut de page)​​

Septembre



Dimanche 25 septembre 2016 : 
  La Renard'Yerres à Yerres  (91) 60 kms       geoportail.jpg

Il y avait le choix entre les Virades de l'Espoir et la Renard'Yerres. L'édition 2015 des Virades avait déçue le coach qui opte cette année pour la Renard'Yerres. Je n'ai jamais fait cette rando hormis un remake l'année dernière, le tracé était relativement sympathique, bien évidement sans aucunes difficultés que du roulant.
Nous retrouvons sur place, avec suprise, Patrick. Il a essayé de joindre Jean-Pierre mais en vain, problème de numéro de portable. 
Départ par la forêt de la Grange. Beaucoup de monde. Le début est commun aux 3 parcours : 20, 40 et 60. La rando étant roulante, elle est accessible à tous. Après quelques petits bosses, j'entends un gros pshitt à l'arrière. Il y a des cailloux à cet endroit, impossible de continuer en étant presque entièrement à plat. Je regonfle mais le préventif ne fait pas l'effet attendu. Il faut dire que mon pneu n'a que 2 sorties ! Je continue mais il se dégonfle rapidement. 2 kilomètres plus tard nouvel arrêt. Je regonfle légèrement. Le terrain est constitué de singles mais assez durs ce qui rend les virages assez hasardeux. Jean-Pierre et Patrick ont déjà pris le large. Je continue prudemment. Le compteur affiche un peu plus de 10 kms. Je table sur un 1er ravito vers les 15. D'ici là le préventif aura agit. Le terrain est maintenant à mon "avantage", nous sommes sur la piste cyclable, le long de la voie ferrée, à Mandres les Roses. 
J'ai 15 kms au compteur mais pas de ravito. Je longe l'Hyerre et décide de faire un arrêt regonflage. J'ai bien fait, le ravito, entre Epinay et Boussy était à plus de 22 kms. Je retrouve Patrick et Jean-Pierre et je regonfle une nouvelle fois mais pas trop. Nous rejoignons la forêt  de Sénart. Le rythme est toujours soutenu. Je ferme la marche. J'aperçois un panneau 60 à gauche et un autre 40 à droite. A quelques dizaines de mètres, je vois Patrick filant vers la droite en suivant un groupe. Je l'appelle, il s'arrête puis appel Jean-Pierre à son tour mais trop tard il a déjà filé. On opte pour prendre le 60 en espérant que ce soit juste une boucle supplémentaire.

Le tracé fait le tour de la forêt de Sénart, un gars prend notre roue. Non loin du carrefour de l'Hermitage, Patrick me demande de stopper. Il a reçu un message de Jean-Pierre, nous demandant de ne pas l'attendre. Nous repartons quelques kilomètres mais nouveau SMS, nouvel arrêt cette fois, c'est la femme de Patrick !
Nous arrivons au 2eme ravito au carrefour Montgeron. Petite pause. Je SMS à JP pour lui dire ou nous en sommes. Il reste 17kms. Le gars qui nous avait suivi vient nous voir en plaisantant sur notre rythme. D'habitude il fait de la route en compet.  Il avait un peu de mal à s'accrocher. Nous repartons.

A rouler entre 25 et 30, le premier loupe régulièrement des bifurcations. Du coup j'alterne avec Patrick. Il repasse une iène fois devant. Je suis dans le "traffic". A Brunoy, Je perds la trace à un rond point et définitivement Patrick. Le ciel s'assombrit rapidement. Il avait annoncé de la pluie pour cette après midi seulement. Je commence à entendre des gouttes à travers le feuillage. Rapidement, une belle averse tombe. Les parties à découvert, heureusement peu nombreuses, me mouille sérieusement. Le tronçon retour est commun à tous les parcours. Il y a du monde. Les 4 derniers kilomètres sont en montée. Je passe à la façon "Patrick". Je suis enfin de retour. Il pleut pas mal maintenant. Je prends un hot dog bière et voit Patrick déjà changé, mais pas de Jean-Pierre On se salut. Je ne peux que l'attendre, Un quart d'heure, une demi passe. Il y a une accalmie avant que la pluie ne redouble. JP a bien choisi son jour pour allonger  sa sortie. Je commence à être frigorifié. Il arrive enfin après plus de 50 mn. Heureusement, une dame de l'organisation commencait  à avoir des doutes me voyant tourner en rond. JP a fait demi tour  en arrivant sur le chemin retour du 40.  Du coup, il a fait 78 kms au lieu des 60. Chauffage à 25 dans la voiture pour le retour.
60 kms à plus de 19 de moyenne donc c'était archi roulant mais on le savait  un venant ici. 

(Haut de page)​​



Dimanche 18 septembre 2016 : 
  Entre l'école et l'Essonne au Coudray Monceau  (91) 70 kms       geoportail.jpg

La rando du Coudray Monceau est prévu ce WE. Elle permetrra d'effectuer un petit décrassage après le raid du WE dernier ou j'ai un peu souffert, de plus elle est près de la maison. Ayant fait de l'entretien cette semaine (Changement de pneu, vidange de la fourche), cela me permettra également de vérifier que tout fonctionne bien.
Nous sommes au départ à 8h30. Très peu de concurrents. Le temps est automnale ce matin. Hormis la température clémente, il fait gris. 
Le parcours est différent de ce que je connaissais. Nous descendons directement vers la Seine. (Descente un peu "fraiche"). Nous passons au dessus de la Seine par la passerelle. Le côté droit est prévu pour les vélos. C'est étrange car le passage de l'écluse d'Ablon est strictement interdite, descente du vélo obligatoire. 
Nous zagziguons dans la forêt du Rougeau avant de rejoindre Seine Port. Le rythme est élevé, le tracé roulant. Nous arrivons au premier ravitaillement après 25kms et seulement 1h10. Il se situe en bord de Seine, sur la D50.  La deuxième boucle prend la direction de Ponthierry. Nous passons devant le départ de la regretté "Claude Varoquier", le tracé en reprendra une grande partie, Pringy, Saint Sauveur l'école. Nous descendons jusqu'au Bois de Réaux. Le chemin est parfois ruisselant, ce qui nous change de nos dernières sorties. Toutefois, rien de bien méchant. Nous faison le tour du Tertre Noir pour remonter vers Nainville via le bois des Fontaines. Dans ce dernier, le balisage est un peu approximatif, je tourne à droite au lieu d'aller tout droit mais nous retombons sur le tracé aller. Nous sommes un petit groupe à faire demi tour et ça roule fort. Jean-Pierre attaque à la sortie de Nainville.Le groupe prend sa roue. Je ne peux qu'admirer....à quelques longueurs. 
Près de la mare Cornue, un chasseur avec sa femme, nous stoppe : "Vous passez dans une partie privée, il y a un panneau, c'est dangereux ici". On a  bon lui expliquer que nous suivons tout simplement des rubalises et qu'il faut qu'il contacte l'organisation, sans grand succès. Jean-Pierre a déjà filé. Je le rejoins au prochain ravitaillement qui est le même que le premier. J'ai tout  de même presque 55kms au compteur. Heureusement que le parcours n'est pas difficile. Il reste une douzaine de kilomètres. Le chemin retour longe la Seine par un single bien sympa jusquà Seine Port puis  par la route. On roule à plus de 30 compteur. Je reste quelques kilomètres à l'abri derrière Jean-Pierre puis prends un relais. Dur dur de maintenir le rythme. D'un seul coup le tracé bifurque à droite dans la forêt. Une belle côte est devant nous. Elle n'aurait rien d'extraordinaire si on n'avait pas roulé comme on l'a fait jusqu'à maintenant. Heureusement, elle est courte. Nous passons par Morsang sur Seine avant de rattraper la passerelle de l'aller. La remontée vers le Coudray se fait par l'habituel petit chemin goudronné.
Retour à 12h20 après 70 kms avec une moyenne supérieur à 20. Parcours sans grand intérêt cette année mais ou on peut envoyer du lourd.

(Haut de page)​​



Dimanche 11 septembre 2016 : 
  L'Xtrem à Amayé sur Orne  (14) 100 kms       geoportail.jpg

Ce WE, les hommes verts faisaient le déplacement à Amayé sur Orne près de Caen dans le Calvados pour L'Xtrem. Je ne connais pas cette rando mais l'affiche est sympa avec plusieurs parcours de proposés : Nous optons pour le 100. Une belle équipe a répondu présent : Jean-Pierre, Hervé, Ludovic, les 2 oliviers, Richard et Stéphane. 
Jean-Pierre passe me prendre samedi après-midi puis nous récupérons Hervé sur le chemin pour prendre la direction de Caen. Nous sommes attendu le soir pour un BBQ chez la soeur de Ludovic qui habite à quelques kilomètres seulement du départ. Super sympa ! Elle a invité toute l'équipe. Mais avant, nous passons par l'hôtel pour prendre possession de nos chambres. Hervé nous avait fait part de quelques problèmes mécaniques. Donc JP improvise un atelier sur le parking de l'hôtel. Il a tout prévu. Nous montons nos affaires et nos vélos dans nos chambres avant de filer au BBQ.
Le départ du 100 et 120 est prévu à 8h. On se donne rdv à la voiture à 7h15. Bonne nouvelle, il fait bon malgré que le ciel soit un peu couvert.
Sur place, nous retrouvons tout le monde à quelques minutes du départ. Il ne faut pas trainer au démarrage, Il y a une porte horaire à respecter à 10h soit 20 kms. (J'ai pas compris à quoi elle servait).  
Le  départ est roulant et les kilomètres défiles le long de l'Orne. Je me suis fait un peu piégé au démarrage, tout le monde est loin devant. Difficile de revenir sur le groupe. 100 kms à faire, je reste prudent. Pas de grosses difficultés. Nous restons souvent sur le GR. Le terrain est archi sec soulevant des nuages de poussières. Je reviens sur Olivier PIC peu avant le premier ravitaillement. à Thury Hardourt. Cette deuxieme partie commence par une grosse bosse. Puis, vers les 30 kms une belle descente technique que j'arrive à passer, sauf une épingle serrée à gauche. Jean-Pierre, Hervé et Richard caracole devant suivi de Ludovic et Olivier PA. Je navigue entre eux et Olivier PIC accompagné de Stéphane. Lors d'une longue descente vers la Normandière, malheureusement sur route, en suivant un groupe, je loupe une bifurcation. Plus de flèche mais le GPS est là. Je l'active, effectivement, nous sommes descendu  trop bas. Je remonte avec d'autres lorsque je croise Stéphane. Demi tour pour rattraper la trace. Je rejoins Olivier dans une longue montée, sur route encore une fois, lui, n'a pas loupé la bifurcation. Je commence à être un peu déçu du parcours. Il y a énormément de portion de route. Les singles sont inexistants.  Nous empruntons régulièrement le GR 36. Après 40 kms, j'arrive au deuxième ravitaillement ou je retrouve tout le monde. PJ, Hervé et Richard repartent. J'attends, avec Ludo, Olivier PIC et Stéphane, qui ne tardent pas à arriver. Le scenario se répètera souvent aux ravitos. Nous repartons à 3. Le terrain est un peu plus interressant. Une montée pas facile avec un magnifique point de vue comme récompense. Mais nous retombons vite sur les GR. Le scénario du jour est le même, nous sortons des GR pour prendre des côtes infernales nous obligeant à porter puis la descente se fait sur la route. Je ne connais pas le coin. Donc difficile de juger le tracé. 
Après 55kms, nous sommes de retour au ravito 1, le tracé faisait une boucle. Je repars avec Ludo et Olivier. En haut d'une belle et longue côte, il y a la bifurcation 80 et 100/120. Ludovic décide de continuer sur le 80. Du coup, nous attendons Olivier PIC et Stéphane. Stéphane choisit également le 80 contrairement à Olivier  PIC. Nous repartons donc à 3. La suite est identique, côtes casse pattes, grand chemin et route. J'ai un coup de moins bien vers les 75 kms. Dans une longue côte je ne peux que voir s'éloigner Olivier PA. Il est vraiment en grande forme aujourd'hui. J'en fais la moitié à pieds et l'autre sur le vélo. Les Oliviers sont des supers descendeurs. Ils prennent de l'avance à chaque fois. Je continue à gérer suivant le terrain. Je mouline un peu plus. Les portions plates ou groudronnées me permettent de récupérer. 
Avant dernier ravito, il reste 29 kms nous dit une organisatrice et il y a une dernier ravito dans 15 ! Toujours quelques raidarts impassables et le top arrive. Une montée droit dans la pente. Il y a même une rampe pour s'accrocher ! I Incroyable ce passage, je ne vois absolument pas l'intéret.  Enfin le dernier ravito, je prends deux gels au lieu d'un ainsi qu'une barre.  Ca va un peu mieux, je passe Olivier PIC et suis "l' autre" Olivier. Mais pas pour longtemps. Il y a une longue descente ludique sur plusieurs kilomètres. Ca me rappelle les Vosges. Je suis donc de nouveau larguer mais un gars a pris ma roue. Il est vraiment dedans au point que je lui propose de passer. Mains non il est tout content et l'allure lui convient, Bon ! Je retrouve un peu de ressource pour finir à un bon rythme les quelques kilomètres qui nous séparent de l'arrivée.

102 kms en 7h47 au total et plus de 2600 de D+ et couvert de sueur et de poussière. Du Red Bull est distribué à discrétion. Nous rejoignons la voiture. Je retourne près des douches pour un "lavage rapide" à l'eau froide qui me fait un plus grand bien. 

Retour sur Paris avec plein de monde sur l'autoroute. Nous laissons Hervé chez lui. Il est 21h quand nous arrivons devant la maison.

Franchement, beaucoup trop de routes empruntées sur ce parcours. Je comprends qu'il y ait des liaisons mais à ce point. Très peu de singles et très courts, quelques centaines de mètres au plus. Peu de portions sympas en définitive. Par contre, une organisation au top, Honnêtement, le parcours est ennuyeux.....par rapport à mes derniers raids. Il n'y a peut être pas d'autres alternatives dans la région au niveau du tracé.
Globalement le WE fut sympa à tous niveaux mais......je ne pense pas revenir.

(Haut de page)​​

Aout



Dimanche 28 aout 2016 : 
  Rando Sud Essonne à D'Huison Longueville (91) 70 kms

Je suis de retour sur cette rando avec Jean-Pierre. On attendait une belle participation des hommes verts mais, seul Olivier PA sera présent. Patrick a fait le déplacement également.
Le parking est situé à un nouvel endroit. On mets du temps à y accéder suite à un feu route un peu récalcitrant.
Sur place, nous retrouvons avec plaisir Rolland et Jacques. Cela faisait longtemps que je ne les avais pas vu.
L'épisode "canicule" vient juste de se terminer. La température est bien redescendue, le vent est également de retour. Nous remplissons notre bulletin d'inscription mais je ne trouve pas la case du nombre de kms. Bon ! Nous retirons notre plaque de cadre contre 7 euros. J'aperçois le tableau traçant le parcours. Il y a plusieurs boucles à faire. Elles partent toutes d'un parcours de base. Donc il faudra faire la Noire, la Bleue, la Verte et la Route. J'additionne vite fait le total des boucles, 70 kms en gros.
Nous partons en discutant avec Rolland et Jacques. Le départ sablonneux me tire déjà un peu dans les jambes. Je sens que la sortie ne va pas être de tout repos. Nous perdons rapidement nos deux amis. 
Jean-Pierre est bien en jambe. Un groupe de 4 nous doublent à vive allure. Il ne se fait prié et enclenche le turbo. Le compteur augmente  rapidement. Je me contente de les observer .....de loin. Je garde plus ou moins le contact en suivant Patrick et Olivier. D'un seul coup, le rythme baisse. Les 4 lièvres ont bifurqués sur une autre boucle. Le parcours est hyper roulant d'ou le rythme. Nous arrivons rapidement au premier ravitaillement après 20 kms, un peu pauvre en victuailles. Nous finissons la boucle rouge (D'huison, Boutigny, Vayres) pour attaquer la bleue.

Mais après seulement 10 kms, nous tombons sur le 2eme ravito, étrange. Nous roulons une bonne partie sur le GR 111A. Je commence à être souvent distancé mais mon turbo est sérieusement grippé aujourd'hui. Les gels n'ont pas d'effet. Dommage, d'autant qu'Olivier augmente encore le rythme après le ravito 3, ravito ou Patrick peste un peu sur ce parcours trop roulant. Il décide de rattraper directement la boucle rouge sans faire la verte. J'ai perdu de vue Olivier et Jean-Pierre. Impossible de faire autrement. Je continue sans  m'assoupir pour autant. Je les retrouve sur le bas côté. Olivier a une crevaison lente. Devant la forme des deux lascars. Je ralentie tout juste. Ils me rattraperont. La boucle rouge est à mon avis la plus interressante (Boissy le cutté, Janville, Orgemont, Cerny). Je m'attends à voir deux fusées me doubler mais....rien. Je roule, je roule....personne me double, euh je double personne non plus. J'ai l'impression qu'il n'y avait pas beaucoup de participants. Je "tombe" sur un ravitaillement.Un panneau indique "Arrivée dans 6 kms" ??? Allez comprendre. Pas grave, celui là est bien fourni, Fromage, chips, pommes, etc. J'en profite bien en les attendant.....plus d'un quart d'heure, probablement qu'Oliv a du mettre une chambre. Mais pas du tout, ils arrivent enfin après une erreur de parcours. Olivier donne un dernier coup de pompe et nous repartons....toujours à vitesse grand V. Je m'accroche pour le final. Bon il faut dire que ça descend jusqu'à Cerny ! Le reste des kilomètres est avalé à plus de 30. 
Plus de 70 kms au total. Une rando que je pensais moins roulante mais tout compte fait, je ne vais pas m'en plaindre car c'était un jour sans comme diraient nos représentants au JO (Rio 2016 (Absalon 8eme et abandon Prévost Ferrand, c'est pour quand on relira nos CR dans quelques années). On se pause dans l'herbe pour avaler le casse-croute/ bière quand  je m'aperçois que mes mollets sont plein de.....préventif. Je n'ai rien remarqué sur le parcours. De retour à la maison, lors de la séance de nettoyage, je constate que le vélo en est maculé. J'ai bien fait d'en remettre 2 doses la veille.

(Haut de page)



Dimanche 21 aout 2016 : 
  Remake de la Nez de boeuf 2016 à Courrances (91) 64 kms

Le coach propose un remake de la NdB que l'on avait pas pu faire car nous étions dans les Vosges début juillet. Patrick est partant mais à une contrainte horaire. JP prépare donc 2 parcours, un court et un long. Jean- Pierre passe me prendre, il n'a pas eu la confirmation de Patrick mais sur la roue nous apercevons, dans le rétro, une grosse berline qui nous suit. Nous serons bien 3 au départ. 

Nous sortons les vélos de la voiture. JP resserre sa potence et nous partons. Mais après être passé devant le château de Courrances, il s'arrête, sa fourche n'est pas assez gonflée. Heureusement, le mécano Patrick a une pompe haute pression mais dans la voiture. Demi tour avant un nouveau départ.  Patrick mène un bon train. Nous faisons un tour dans le bois de la Chapelle Ste Anne avant de nous diriger vers Boutigny. Il y a du vent et les parties découvertes ne sont pas une partie de plaisir. Jean-Pierre s'arrête regonfler son pneu arrière mais, après 10 kms, il se résout à mettre une chambre. Nous nous réchauffons enfin autour du rocher Chatillon. Le ciel est gris et la température moyenne. Nous jardinons un peu avant d'arriver à Maisse, On essaie de rester sur la trace. L'heure tourne, Patrick nous quitte avant le bois Saint Médard. Nous en profitons pour faire un ravitaillement. Le parcours est à l'inverse de ce que je connaissais. Ca va mieux que le WE dernier mais je ne suis pas super performant, je me contente de suivre. Nous passons par Gironville puis Bonnevaux pour rattraper le bois de ST Eloy puis celui de Malabry. Le terrain sablonneux pèse dans les jambes sur de longs kilomètres. Les derniers sont plus roulants ce qui m'aide bien. Nous avons déjà 65 kms au compteur et je m'inquiète un peu sur la longueur du parcours "vendu" pour 64. Mais ce n'est qu'un petit tour dans la plâtrière de Belleville à Moigny. Nous nous dirigeons enfin vers Courrances (lieu plus facile pour le départ). Le vent nous aide dans la plaine et une rafale a même failli me mettre à terre après avoir traverser la D948. C'est le sprint final devant le château. 69 kms au total. Il est plus de 14h. Un coin toujours aussi agréable. Quelques gouttes de pluie sur le parcours nous ont fait peur.

(Haut de page)



Dimanche 14 aout 2016 : 
  Route Janvry (91) 70 kms

Après quelques sorties tranquilles pendant les vacances du coach, il est de retour. Je reçois un mail le samedi soir pour une sortie route. Je mettais préalablement préparé à un parcours proposé par Patrick. Je passe mon VTT en configuration route. 

Départ pour 9h le lendemain pour notre parcours habituel vers Janvry. Le rythme est bon dès le démarrage, il faut dire que Jean-Pierre revient du Pays Basque ou il a accumulé du dénivelé. Dans la montée de Villejust, j'entends un grand  "Pan" derrière, la roue avant de Jean-Pierre vient de déjanter sans raison, surprenant ! Il met une chambre et nous repartons. Mon manque de sorties se fait rapidement sentir. Je reste dans la roue du coach un maximum mais à mi parcours, nous avons le vent de face et la donne change, impossible de suivre. Je vois Jean-Pierre s'éloigner rapidement, rien à faire, d'autant qu'à Marcoussis, il prends la roue d'un groupe de routard. Il m'attendra au rond point après l'escargot. La suite est identique.....dur dur !  C'est enfin de retour à la maison après 70 kms. Ouf, la matinée a été rude. JP me "récompense" avec une bière, bien appréciée.

(Haut de page)



Dimanche 07 aout 2016 : 
  

Entre deux BBQ, je prévois une petite sortie en forêt de Verrières qui regroupe roulant, single et difficulté. Je reprends la trace de notre sortie d'Igny. Le temps est toujours au beau fixe, profitons en.
Départ pas trop tardif en longeant les pistes d'Orly. Je préfère prendre la longue côte sur route pour monter au poney club que le chemin habituel, obligeant un portage. Puis je prends le sigle à droite, ca monte, ca descend. Je me retrouve sur le magic single le long de la nationale. Le terrain est maintenant entièrement sec. J'arrive rapidement au Petit Clamart. Un coup d'oeil au GPS pour aller rattraper "le retour" de la trace en forêt de Meudon. Je me perds un peu sous la ligne à haute tension et tombe sur ....un "naturiste" tranquillement installé.  Oups excusez moi Monsieur et je repars, la q...entre les jambes. Je passe dans une zone en déboisement et rattrape enfin la route sinueuse cimenté. J'avais du prendre trop à droite en haut. 
Après une belle montée, j'aborde la descente caillouteuse, une de mes préférées mais dans l'autre sens. Donc arrivé en bas demi tour, toute.  
Me voilà dans une de mes parties préférés.Je prends plein gaz les montagnes russes, un vrai régal. J'ai gardé au programme les quelques côtes finales, toujours aussi raides. 
Je remonte vers le poney club pour prendre le chemin du retour. 45 kms en 2h30. Une bonne sortie dynamique.

(Haut de page)

Juillet



Dimanche 31 juillet 2016 : 
 Massy (91) 30 kms

C'est la trêve, le coach est parti en vacances. Je vais pouvoir souffler un peu -;) Il m'a prévenu qu'il me surveillait, j'ai donc prévu un petit de route ce matin afin de ne pas rentrer tard pour faire quelques bricoles dans la jardin.
Je ne monte pas les roues de route. J'ai démonté et graissé toutes les parties mobiles de ma roue arrière afin d'éliminer les fameux couic couic qui me font ch...depuis les Vosges. Je ne prépare pas de trajet. Ca se fera au feeling ce matin. Je longe les pistes d'Orly. J'accélère, je monte sur les pédales et .....rien, plus aucun bruit.....enfin ! Comme on le dit souvent les craquements du pédalier viennent en fait souvent d'autre part, disons une fois sur deux.

Je pousse jusqu'à Massy puis Villebon ou je récupère le GR jusqu'à Longjumeau. Je rejoins la riviere morte puis Gravigny pour le retour traditionnel. 30 kms en 1h30 en mode tranquille.

(Haut de page)



Dimanche 24 juillet 2016 : 
  Igny (91) 54 kms

Peu de monde pendant cette période. Patrick est de retour et accepte timidement la sortie tant attendue : Igny. 
Départ de l'habituel parking. Avant d'attaquer la forêt, Jean-Pierre, qui test son Stump, n'a pas toutes les vitesses. Petit réglage du cable et tout est en ordre.Nous ne prenons pas la côte infernale de d'habitude, il faut quand même appuyer sur les pédales dès de le début de la sortie. Ca monte, ca descend, comme le veut le coin. On pousse pour arriver au poney club. 
Le single le long de la118 est quasi sec. Jean-Pierre emmène le groupe à un bon rythme. On passe le Petit Clamart pour rejoindre la forêt de Meudon. Nous faisons une boucle autour des étangs avant de rejoindre mon coin favori ; la tour Telecom qui est d'ailleurs 2 fois au menu aujourd'hui.Villacoublay, Velizy, Jouy, le bois de Montclin puis le Cottage ou un gars nous double à bonne allure. Je monte sur les pédales pour prendre sa roue. Il doit bien connaitre le coin car  nous descendons à fond le bois du Loup Pendu. Arrivé sur la D533, un petit coup de 44 et  le problème est réglé. Ca commence est un peu dur pour Patrick, normal après 3 semaines d'arrêt. Retour dans la forêt de Verrières ou je prends un réel plaisir dans le single en balcon. Le terrain est bien sec, c'est royal mise à part encore des couic couic qui viennent de je ne sais ou. J'ai pourtant entièrement démonté les roulements externes. C'est promis, je m'attaque au reste du vélo cette semaine ! Final par les montagnes russes que je dévale à fond afin de remonter en danseuse en gardant le même développement. Jean-Pierre nous a gardé 2 mega côtes pour la fin. Pas d'attaque aujourd'hui, il a encore dans les jambes ses sorties de la semaine. 
C'est vraiment un parcours que j'aime surtout sous le  soleil. 53 kms en à peine 4h30 

(Haut de page)



Dimanche 17 juillet 2016 : 
  Limours (91) 65 kms

Jean-Pierre me repropose une sortie sur Igny, un parcours que j'aime bien mais pour lequel je n'étais pas disponible ces derniers WE. Mais samedi soir Olivier propose avec Ludovic une sortie vers Limours, un peu plus longue qu'Igny mais avec moins de déniveler donc plus roulante. Jean-Pierre me laisse le choix. Option 2 de retenue, c'est plus sympa de rouler à plusieurs et nous nous n'avons pas l'occasion de rouler si souvent.

Départ de Saint Michel, la fameuse piscine à 8h00. Enfin, le beau temps est présent, soleil, chaleur sont aux rendez vous. J'ai l'impression que cela fait des années que nous n'avons pas entamé une rando en cuissard. J'étais un peu inquiet sur la forme d'Olivier mais mon inquiétude disparait des les premiers kilomètres. Il emmène fort dès le départ. Je suis même distancé le long de la N104 dans le faux plat montant vers Monthéry. J'en profite pour discuter avec Ludovic. 

Nous rejoignons l'autodrome puis zizaguons en suivant Olivier qui est ici dans son jardin. Passage obligatoire par Turpin, sans les palmes aujourd'hui mais toujours avec 2 ou 3 portages. Le chenmin le long de la ligne haute tension est presque praticable.

Nous prenons la direction de Limours, partie assez roulante. Le 44 est donc de sorti tout comme Jean-Pierre qui en a monté un en prévision des vacances sur son SR. Suite à mes difficultés de trouver mon rythme dans l'Elsass Bike,j'ai remonté une vieille cassette de 34, étagée différemment. Ca risque d'être un peu dur dans les montées raides. En tout cas j'ai l'impression que cette cassette m'est plus adaptée. Il faut dire qu'aujourd'hui, le terrain est vraiment sec, le rendement est donc excellent.

Nous faisons une petite pause sur l'ancienne voie ferrée avant de rentrer dans Limours. Le but de la rando est de refaire le début de la JR. Maintenant, ça monte, ça descend et ça tournicote au point de perdre notre guide. 

Nous prenons le chemin du retour via l'escargot de Marcoussis que nous montons vitesse grand V avec Jean-Pierre. Dommage, comme dis dans un CR précédent, il faudrait un coup de bulldozer pour le rendre plus praticable.

C'est le final, toujours emmené par Olivier à un bon rythme. Il me semble que, la dernière fois que j'avais roulé avec lui, c'était à la JR. Je vois qu'il a bien récupéré de ses déboires de santé.

65 kms en à peine 4h.pour un petit 800 de D+. Quel plaisir de rouler avec des conditions estivales.

(Haut de page)



Dimanche 03 juillet 2016 : 
  L'Elsass Bike à Wangenbourg-Egentha  (67) 110  kms

Le CR est dans la rubrique des Raid : Ici

(Haut de page)

Juin



Dimanche 26 juin 2016 : 
  Marcoussis  (91) 45  kms

Retour obligatoire à la maison pour midi. Jean-Pierre me propose la boucle habituelle Saulx, Marcoussis. La forêt de Saulx est bien encombré par des arbres tombés qui nous obligent à mettre pied à terre régulièrement. La sortie sera relativement cool. Nous nous sommes inscrits à une trouvaille de Jean-Pierre le week end prochain dans les Vosges : l'Elsass Bike.

J'ai un petit rhume qui m'empêche de respirer. Le terrain commence à sécher malgré tout certains passages sont bien collants. J'arrive à tenir le Jean-Pierre dans la côte de l'escargot, haut lieu d'attaque. mais les intempéries des derniers mois l'ont creusé. Dorénavant, impossible d'accélérer dans les virages ravinés, ni de doubler. Nous revenons par le parc de Morsang. Je suis de retour à l'heure prévue, cool!

(Haut de page)



Dimanche 19 juin 2016 : 
  Jovasienne à Jouy en Josas  (78) 60  kms

Une rando ou je n'avais pas mis les roues depuis longtemps : La Jovacienne. La pluie rebute beaucoup de monde donc je la ferai en duo avec Jean-Pierre. Je m'inscris sur Internet le dernier jour. Le lendemain, je reçois les traces GPS de l'organisation. Bravo, c'est toujours utile.
Je ne m'attends pas un terrain sec sinon. Par chance, il n'a plu que la veile au soir et aucune averse cette nuit. Le circuit tourne entre la forêt de Meudon et celle de Versailles. Boue assurée !

Jovacienne_2016.jpg


Je reconnais le parking à notre arrivée tout comme l'aire des inscriptions. Nous retirons notre plaque, prenons un café puis c'est parti pour 60 kms.
Il est 8h15. Départ par la route jusqu'au Chateau du bois du Rocher. Ca colle un peu mais cela reste convenable. Je sens tout de suite que ça va être dur aujourd'hui, j'ai déjà un peu mal aux jambes dans les premiers kilomètres. Ce qui n'est pas le cas de Jean-Pierre qui grimpe, comme un lapin, une côte infernale, sur bitume,  qui monte vers le Chateau de Montebello. Nous passons au dessus de la A86. La piste cyclable est innondée au point de prendre un bain de pieds à chaque tour de pédale.
Petite incursion dans la foorêt de Meudon non loin de ma tour préférée, la Tour télécom; que nous prendrons en decente cette fois. Ca monte, ca descend, pas si tranquille.
Nous arrivons au premier ravitaillement après 17 kms. Il se situe devant le cimetière de Vélizy.
Cette deuxième partie est un peu plus roulante. Nous passons pas loin de la gare de Viroflay puis descendons vers le bois du Pont Colbert. Les circuits se rejoignent par moment ce qui occasionnent des difficultés de dépassement. Il y a de sacrés pentes, tout juste limite. La progression est difficile et parfois une partie se fait en poussant le vélo. Malgré tout le circuit est agréable et, enfin, le soleil pointe le bout de son nez. 
Je profite du deuxième ravitaillement, super garni, tout comme le premier, pour enlever enfin mon coupe vent. Je "décrotte" également un peu le dérailleur. Nous repartons après une courte pause. Mais quelques kilomètres plus loin, près de Buc, j'entends un "pshitt" du pneu arrière de Jean-Pierre, nous nous arrêtons pour donner un coup de pompe. Jean-Pierre prend la roue d'un concurrent mais je ne peux suivre le rythme. Je reste donc sur le mien. Ceci dit je double plein de concurrents dont les bourbiers à répétition commencent à rebutter. 
Lors d'un traversée de route, à la sortie du Bois du Cerf volant, un organisateur me dit : "Tout droit vers la caminonnette". Je m'execute, grimpe une petite côte en compagnie d'un jeune avec ses parents quand je m'aperçois que je suis sur le petit parcours. Je reviens sur mes pas, puis fait de nouveau demi tour. Je regarde le GPS et prends le petit parcours quelques centaines de mètres avant de tourner à droite pour récupérer le 60. En fait, tous les parcours se rejoignent un peu plus loin, le 60 avait une côte supplémentaire. 
Je descends vers  les Loges en Josas. Juste après les arcades de Buc, dans la Garenne les Loges, nous empruntons un chemin immonde, un vrai bourbier, commun à tous les parcours. J'avance péniblement sur une grande partie. Je ferai quelques mètres en poussant avant de remonter sur le vélo. Une petite pensée aux  enfants qui sont sur le petit parcours. Pas top pour eux !! Les derniers kilomètres ne sont pas de tout repos. Il fallait avec garder un peu de force. Cela tombe bien, mes jambes comencent à répondre. Tout le monde est quasi à pieds sauf un...qui me laisse sur place !!
Je passe devant le château puis la gare avant de rejoindre l'arrivée ou m'attend Jean-Pierre. Nous profitons enfin du soleil en écoutant le tirage au sort.
Plus de 1000 de D+ tout de même sur ce parcours rendu exigeant par le terrain . 57 kms en 4h00 de roulage et.....encore une grosse séance de nettoyage.

(Haut de page)



Dimanche 05 juin 2016 : 
  Fontainebleau (78) 50  kms

WE d'inondation en RP. J'ai du mal à me laisser convaincre par Jean-Pierre que Fontainebleau sera praticable. Il a prévu un petit de 50 kms sur nos traces habituels. Nous serons accompagné de Ludovic. 
Effectivement, le terrain est humide mais très loin du "niveau" de la A6. Apremont, La grotte aux Cristaux, les Vestiges que du bonheur. Nous poussons jusqu'au Rocher de Samois pour ensuite descendre au sud de Fontainebleau et ses célèbres côtes de la butte Monceau et du Mont Andart. Ludovic passe cette dernière avec brio, tandis que Jean-Pierre s'y reprend à deux fois. Pour ma part je bute presque au sommet sur une erreur de trajectoire. 
Dans le rocher d'Avon, Jean-Pierre se prend une branche dans le dérailleur et le tord. Il est un peu contrarié avant la Granit surtout que je remarque un peu d'huile près de l'étrier mais qui ne gêne en rien le freinage, à vérifier tout de même. 
Nous empruntons la montée de l'Avenue de Maintenon. Jean-Pierre l'attaque tambours batttants. Avec Ludovic nous ne pouvons que constater qu'il tiendra jusqu'en haut. Bravo !
Nous longeons le Rocher de Bouligny pour attaquer la "côte pavé" ou Jean-Pierre se distingue une nouvelle fois encore. Vraiment en forme aujourd'hui ! 
Retour traditionnel par le Mont Morillon, rocher de la Salamandre, le Long Boyau puis Franchard. Un parcours sympa et dynamique de 47 kms en 4h .

(Haut de page)

Mai



Dimanche 29 mai 2016 : 
 Les démons de Guéret à Guéret (23) 70 kms

Le CR est dans la rubrique des Raid : Ici



Samedi 21 mai 2016 : 
 Marcoussis  (91) 48 kms

Temps exécrable prévu pour dimanche. Jean-Pierre propose une sortie le samedi dans sa forêt préférée.  Parcours traditionnel en passant dans la forêt de Saulx puis jusqu'à Marcoussis.
Le rythme est soutenu et chaque bosse fait l'objet d'un mini sprint....Jean-pierre, en grande forme, attaque l'escargot à un rythme endiablé, Je suis dans sa roue et y restera jusqu'en haut. Difficile d'attaquer à sa vitesse.
Sur le haut de Marcoussis , une équipe est en train de défricher pour ouvrir une trace pour les motos de trial. On nous décrit le chemin. Le gars coure même pour nous attendre un peu plus bas. Il nous explique la suite ayant peur que l'on se prenne une gamelle. 
On rattrape la route. Je suis étonné de voir Jean-Pierre suivre le rythme avec son plateau de 30 ???. On fiburque à droite pour la montée vers le chateau de Bel Ebat. Je prends à droite mais la bonne option est à gauche. Je suis dans un bourbier énorme. Je retrouve Jean-Pierre en haut pour une pause ravito. Nous repartons direction Villejust pour rattraper le forêt de Saulx. Nous passons par le parc de Morsang pour rentrée puis route pour finir ou je profite de mon....44
Bravo Jean-Pierre, le dimanche a vraiment été pourri et merci pour la bière

(Haut de page)



Dimanche 08 mai 2016 : 
  Remake de la Ballancourtoise à Nainville  (91) 62 kms

 



Dimanche 01 mai 2016 : 
  Remake de la Nez de Boeuf à Courances  (91) 60 kms.

Dès le mercredi, nous recevons un mail de Jean-Pierre nous annonçant le programme du WE, ce sera un remake de la NDB avec un départ à Courances. Marie, Jean-Marc et Sébastien répondent présents. Jean-Pierre a enrichi l'AF5 d'une transmission 11v. Décidément, On n'est pas sur le même longueur...de pignons. Désormais, sa cassette est équipée d'un pignon de 45, soit plus grand que mon...."grand" plateau.
Départ tranquille. Petite forme pour Mary et Jean-Marc suite à une gastro, ils n'ont quasi pas roulé cette semaine ! Je vais quand même être prudent, un Pédalator souffrant homme ou femme, reste un Pédalator !
Nous rattrapons la trace pour rejoindre la bois de Malabri puis de St Eloy. Ce parcours est vraiment sympa et diversifié. Personne à envie d'attaquer aujourd'hui. Je suis donc tranquillement dans le peloton tout en restant méfiant. Avec Jean-Marc nous buttons dans la terrible côte de St Eloi. il me semble pourtant l'avoir passée il y a plusieurs années. Mais aujourd'hui, elle me parait impossible à passer sans poser le pied. Nous longeons la carrière jusqu'à Bonnevaux puis Gironville. Je peux enfin faire parler le "44" avec Jean-Pierre dans ma roue. 
A mi-parcours, après un sprint avec JP (ah enfin. ), nous faisons une pause en haut du bois Rond , Chacun essaie l'AF5 pendant que Sébastien se "change". Mary est enchantée, Jean-Marc reste dubitatif sur la garantie du cadre. Quant à moi, j'ai presque les genoux dans le guidon, j'attendrais donc la version adulte. 
Nous prenons la direction de Maisse. Tout le monde s'amuse dans le bois de St Médard. Sur le Fond de l'Ardenet, le Chemin Véret est en plein vent et hyper mou. Le rendement n'est pas terrible. J'ose délicatement un changement de trajectoire et boum la roue avant ripe. Nous procédons à un regroupement à Ardenet avant de repartir vent de face le long des marais d'Audigers. Mary et Seb ont un coup de moins bien. Il reste encore une vingtaine de kms et il ne reste pas le plus facile.
La longue montée du Rocher de Chatillon est difficile mais nous sommes récompensés par le single qui suit. Nous faisons une petite boucle autour de ce rocher donc nouvelle grosse montée. Nous descendons vers le centre équestre de Jarcy. Ca sent la côte. Comme prévu la trace remonte dans le bois de Débat. Attention elle est longue cette côte. Je démarre en 32 avec Jean-Pierre mais à mi pente je me résigne à passer sur le 22 tandis que JP poursuit son effort. J'essaie de rester au contact et parvient à tenir jusqu'en haut. J'ai super mal aux jambes. Un écart s'est creusé. Pause regroupement. Nous repartons  pour le bois de la Chapelle Ste Anne. Emporté dans une longue descente je loupe une bifurcation à gauche....avec Jean-Pierre dans ma roue. Demi tour et nous retrouvons Jean-Marc, Mary et Seb sur la bonne trajectoire. Une méga côte, en deux temps, me brûle les jambes. C'est enfin la descente vers Courances à fond de 44x12 puis idem devant le Château avec toujours le coach dans l'échappement. La fin a été "tonique". Nous mettons les vélos dans la voiture le temps que tout le monde arrive. 
Un beau parcours de 60 kms. Dommage que, malgré le soleil et le ciel bleu, il faisait encore frais. Je suis un peu surpris, le thermomètre de la voiture annonce 17, ils sont ou ?
Nous saluons Pedalator Family et un Sébastien "Cramé" avant de rentrer.

        Courances_01052106_2.jpg

(Haut de page)

 Avril



Dimanche 24 avril 2016 : 
  Forêt de Saulx  (91) 55 kms.

Tous les hommes verts sont à Poligny sauf Jean-Pierre qui a une contrainte horaire. Il propose un tour dans le coin. Je décidé de l'accompagner.

J'arrive chez lui presque à l'heure. Il sort une nouvelle version de l'arme fatale : le AF5 made in China.  Donc, je connais bien le parcours d'aujourd'hui ce qui me donnera la possibilité de rouler sans retenue. 
Direction la forêt de Saulx. Nous devions avoir RDV à l'entrée de la forêt avec Olivier PA, mais personne. Nous serons donc tous les 2. Le terrain est assez sec mis à part le bas de la côte infernal. Le rythme est bon. Jean-Pierre mange littéralement la côte du Bois de la Taraude. Je m'accroche. Nous passons par le bois du Monsieur puis de St Eloi pour prendre la direction de Marcoussis. Un arbre énorme est tombé sur le chemin, nous en profitons pour faire une pause ravito. Nous montons vers l'autodrome. Un gars est arrêté dans le bois du Fay. Il me repasse en trombe puis se retourne régulièrement, il nous nargue ou quoi ? J'accélère pour le reprendre le long du mur de l'autodrome. 
Sur le plateau, le chemin est un peu boueux. J'ai un peu peur en forêt de Turpin. Jean-Pierre me rassure, nous n'y allons pas aujourd'hui. Super, mais mais, nous sommes dans un vrai marécage. Passage vraiment difficile tout comme celui dans la plaine de Beauvert. Un bon vent est présent puis la pluie arrive à son tour. Encore un effort dans la côté qui nous emmène vers le château de Bel Ebat. Nous redescendons vers la forêt de Saulx. Je suis Jean-Pierre dans sa forêt, quand, au détour d'un single, je remarque qu'il pédale....que d'une jambe ....et qu'il a la manivelle gauche  accrochée à sa chaussure. Je ris en pensant à la suite..... si il a perdu la vis ! Mais non la vis est indissociable de la manivelle. ouf: par contre nous n'avons pas de clé allen de cette dimension. Nous improvisons avec un paire de pince et arrivons à resserrer l'écrou. Un nouvelle arrêt sera nécessaire un peu plus tard mais nous sommes arrivés à rentrer.
Une bonne sortie ou je me suis amusé à placer quelques petites attaques. Il est 12h20 lorsque nous sommes de retour après 58kms. 

Saulx_24042016.jpg

(Haut de page)


Dimanche 17 avril 2016 : 
   Les vallées de la Juine à Morigny (91) 62  kms

Jean-Pierre propose la rando de Morigny, les Vallées de la Juine. Je n'ai fait qu'une fois cette rando en 2012. J'en garde un bon souvenir. De plus, c'est le coin ou j'ai passé mon enfance.
Samedi soir, petite frayeur, mon pneu arrière est bien dégonflé. Oubli de ma part, ja valve fuyait le WE. Je démonte l'obus, le nettoie à l'acétone, le remonte et regonfle. Ca ne fuit plus. Je charge la trace de la rando que Jean-Pierre m'a envoyée par mail. (Je ne sais pas ou il l'a dénichée). C'est toujours un plus de l'avoir.
Dimanche matin, je vérifie mon pneu et, misère, il est encore dégonflé, pourtant pas de bruit au niveau de la valve. Je regongle en attendant Jean-Pierre. 
Olivier PA est là ce matin. Nous le retrouvons sur place après avoir fait un détour, Jean-Pierre n'écoutant que son GPS !! Déjà beaucoup de monde à notre arrivée. Nous nous garons sur le parking à l'extérieur du stade en passant dans une gigantesque flaque d'eau. Le terrain risque d'être gras. Nous sortons les vélos, je vérifie mon pneu et zut encore dégonflé. Un coup de pompe et on y croit. On me propose gentiment une pompe à pied. Mais j'ai fini ! Merci à ce concurrent.
Nous partons après une inscription à 6 € pour les NL. Je discute avec Olivier quant à l'entrée du premier single Jean-Pierre n'est plus là. On attend, personne, on s'apprête à revenir sur nos pas lorsque nous le voyons arriver. Il cherchait désespérément la trace dans son GPS mais en vain. Le terrain est effectivement un peu mou. Cela se confirme dès la première côte dans le bois de la Barre. Ca patine déjà. Contrairement à son habitude, Jean-Pierre est "discret" dans les premiers kilomètres contrairement à Olivier qui emmène bien sur les portions plates. Il est dans ma roue dans les difficultés malgré le terrain. Nous descendons à travers bois sur Janville. C'est magnifique ! il y a des campanules partout. Nous rejoignions Lardy par la route. Nous passons sous la voie ferrée et attaquons une méga côte dans le lièvre d'Or, super pentue, super longue. Les derniers mètres sont dans un bourbier. Je fournis l'effort pour passer. J'ai mal aux jambes. Olivier est juste derrière mais pas de Jean-Pierre, nous ralentissons le rythme sur le GR mais personne. Nous nous arrêtons pour qu'olivier enlève une couche en l'attendant. Il a un peu calé dans la côte.....compréhensible en 32 ! Nous traversons la forêt du Belvédère avec un passage de rondins...délicat pour Olivier et à pieds pour moi. Nous "arrivons" enfin au premier ravitaillement après 21kms. ouf il était temps. Coup de tampon obligatoire. Il se situe derrière les 5 fermes. Je reconnais Loulou le Webmaster du Codep91.  Le ravito est bien garni. 
Nous repartons et passons au dessus de la N20, vers Mauchamps et Saint Yon. Le GR est infernale et régulièrement inondé. On se croirait le WE dernier. Olivier est toujours dans un bon rythme et JP est enfin chaud. Ils n'hésitent pas à venir à ma hauteur !! Olivier prend même les commandes dans les longues lignes droites. Je suis un peu en sur-régime pour le suivre. Nous attaquons un côte. Elle n'est pas très pentu mais je suis méfiant sur la longueur. Elle est en lacets et je ne vois pas la fin. Je passe en 22X30 dès le bas et fait signe à mes coéquipers de passer....mais....rien, bizarre. 
En effet, elle contiue après chaque virage. Je passe enfin le 32 lorsque j'aperçois la fin. Je mouline pour récupérer avant de relancer. Nous avons perdu Olivier. Jean-Pierre ne lâche rien. Le compteur tourne, plus de 40 kms. Je profite d'un partie de route avant Villeconin pour ravitailler avec ce que j'ai dans les poches. Deux ravitos sur un 60, c'est peu. 
Enfin le deuxième ravito est en vu à Saudreville et à....47 kms. Nous attendons Olivier pour les 15 derniers kilomètres. Bonne pause et nous repartons sur une belle ligne droite en plein champs. Puis c'est la descente dans le bois de Bavennes. J'essaie de faire une belle descente avec JP dans ma roue mais le tracé tourne à droite à 90°avec une rubalise en plein milieu. Gros freinage, je parviens à tourner contrairement à Jean-Pierre qui file tout droit. Je me retourne vite fait pour le voir éviter le pire Je le vois passer la rubalise sans rien pouvoir faire. Je m'éclate de rire.
J'attaque un super single en balcon sur plusieurs kilomètres dans la forêt d'Etrechy. Royal et magic ! Pas le temps de récupérer, nous rejoignons par la route Saint Fiacre....sur le 44 ! C'est la dernière montée vers la Fontaine St Leonard. Je m'attends à une attaque mais en fait non.  Nous redescendons vers les Croubis. J'emmène fort sur la longue ligne droite jusqu'au clos de Villemartin mais il est là le bougre de Jean-Pierre. Nous baissons de régime pour récupérer avant de remettre ça dans le bois de la Garenne et sa ligne droite finale.
Mon pneu a tenu. Vraiment une belle rando de 62kms et un peu moins de 1000m de d+,  très variée et très bien équilibrée. Une bonne organisation, tous les points dangereux sont couverts. Seulement 2 ravitos sur le 60, un peu juste tout comme la taille du sandwich  -:).

(Haut de page)



Dimanche 10 avril 2016 : 
   La Jean Racine à Saint Rémy(78) 90  kms

La Jean-Racine 2016. La plus grosse rando de la région pour laquelle nous nous préparions depuis quelques WE en vue du 85kms. Je me suis inscris un peu sous la pression du coach. Les Cadors, Marco, David ou encore Eric se sont positionnés sur le 120, Jean-Pierre, Sébastien, Olivier, Stéphane et moi même sur le parcours du dessous.
Le samedi, nous recevons la trace de l'organisation. elle annoncait un tracé innovant cette année mais après étude j'ai un peu peur ayant déjà fait de belles et de moins belles édition. Elle me semble assez roulante. Et puis une JR sans les Vaux ni la Madeleine......
Levé tôt, ce WE, c'est la Jean Racine. Et pour la JR, il faut se lever tôt, comme dit Jean-Pierre qui me propose de passer à 6h20. Il sera presqu'à l'heure (la formule me parait bien). 
Nous arrivons à Saint Rémy mais aucun fléchage nous indiquant le parking. Nous faisons un peu comme tout le monde et nous garons dans l'herbe à côté de la piste cyclable.
Nous retrouvons tout l'équipe sur place ainsi qu'Eric faisant les 100 pas (ou roues) dans l'aire de départ. Y aurait il un problème ? Eh bien oui, tous ses potes l'ont lâché. Il se retrouve seul....sur le 120. Du coup il préfère faire le 90 avec nous. Ca fait plaisir de le revoir après plusieurs mois voire  plusieurs années en ce qui me concerne. Nous retirons notre plaque de cadre et le fameux gobelet (bof).
Stéphane a un peu pris d'avance lorsque nous nous élançons par l'ancien voie de chemin de fer. Mon GPS fait des siennes, il ne veut pas se synchroniser. Le départ est donc roulant. On en profite tous pour discuter. Je prends des nouvelles d'Olivier. Il n'est pas trop serein. Il a encore eu un soucis la semaine dernière. Zut !
Nous descendons vers Pecqueuse à travers champs. La grande inquiétude du jour est l'état du terrain, il est convenable pour le moment malgré la gelée blanche. Mais ma crainte est fondée, et rapidement il est impossible de passer les deux premiers raidillons. J'espère que ca ne sera pas comme ça toute la matinée.
Les difficultés arrivent à Limours dans un enchainement de montés/descentes. J'ai une pensée pour Jean-Pierre qui a opté pour un 32 au vue de la trace. Il faut ménager ses forces le parcours est long.
Petite erreur de trace ou de balisage dans le bois de Roussigny. On opte pour la trace. Nouvelles difficultés dans le bois Chaperon  et celui de la Garenne à Briis sous Forges. Nous rattrapons Eric. J'avais peur que le parcours soit ennuyeux, c'est tout le contraire. Tout le monde est ravi au premier ravitaillement au Moulin Béchereau. 
Cette deuxième partie est plus roulante. La "locomotive" Eric emmène le groupe à un bon rythme, il est toujours aussi en forme. Difficile de ne pas se prendre au jeu. Mais il faut rester raisonnable ce qui n'est pas mon fort. Le groupe s'étire au fil des kilomètres. 
Les kilomètres défilent dans le forêt d'Angervilliers malgré les passages hypers boueux. J'arrive à garder Eric en ligne de mire.  Mon GPS n'est toujours pas au mieux de sa forme. Il a du de nouveau se désynchroniser. J'ai 11 kms d'écart au ravito de la Bâte, beaucoup de choix ici. Nous retrouvons Richard. Nous faisons une bonne pause en prenant un casse croute. Au top ce ravito ! Sébastien a des problèmes de transmission. Son dérailleur remonte tout seul. Nous repartons pendant qu'il le nettoie. Je patiente en repartant doucement. Eric Jean-Pierre et Richard ont déjà pris le large. Je passe Olivier et aperçois Richard. Nous sommes dans la forêt de Rochefort, le terrain est sec ce qui améliore le rendement. Je reviens tout doucement dans la roue de Richard puis dans celle de Jean-Pierre avec qui je roule plusieurs kilomètres. J'aperçois Eric . Je m'aperçois que Jean-Pierre est un peu moins bien,  j'hésite mais la tentation est grande. En quelques coups de 44 appuyés je reviens dans sa roue. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas eu de si bonnes sensations.  Mais notre pilotage est différent. Il n'hésite pas à foncer dans les bourbiers. C'est sur c'est un bon moyen mais on ressort moucheté et trempé. Pour ne pas être en reste, je prends le relais. Mais au bout d'un single, c'est ....un fossé rempli d'eau. Je le saute à pied puis Eric me passe mon vélo, puis le sien mais glisse et son pied disparait ! Nous repartons toujours en rythme. Nous passons à vive allure dans la boue, l'endroit est très glissant, je décroche un pied pour assurer le coup et veut raccrocher. Après plusieurs tentatives rien à faire impossible. Arrêt obligatoire pendant qu'Eric s'éloigne. Je regarde ma pédale, c'est la JPnade, la cale est restée accrochée, bonne nouvelle, avec les 2 vis. Je m'assois sur une souche, sort le multi outil et enlève délicatement la cale en faisant bien attention de ne pas perdre les vis....dans la boue. Mission réussie. Jean-Pierre arrive et m'attends tandis que Sébastien continue. J'enlève ma chaussure puis ....la boue. La cale se remet en place, je sers bien les vis. Ouf, sauvé ! Malgré cette pause imprévu, j'ai fait beaucoup d'effort et suis bien content d'arriver au prochain ravitaillement qui n'était pas loin (probablement au parc St Robert). Le compteur (pas le moins) indique 71 kms. Nous attendons Olivier et Richard en mangeant de nouveau un sandwich et autres victuailles.
C'est reparti pour la dernière étape mais pas pour longtemps. Près de l'Abbaye de Cernay, Eric a perdu un support de durite. En bon vieux routard, il n'a rien dans le sac (je parle du Camel) et Jean-Pierre sort le fameux Rilsan, le collier à avoir. Pendant ce temps, Olivier s'aperçoit qu'il a un maillon qui est en train de lâcher. Tout rentre dans l'ordre après quelques tours de dérive chaine et une attache rapide. Nous repartons enfin.
La côte de " l'homme en jaune" (pas sur que tous les lecteurs comprennent, mais l'interressé,..oui) se présente. Le 44 me démange. Ce n'est pas raisonnable. Mais j'y vais quasi à fond. Un vrai plaisir.
La remontée sur le plateau est un vrai bourbier. Eric et Jean-Pierre me rejoigne à Choisel. Nous sommes dans les derniers kilomètres mais je cale dans une petite montée boueuse, impossible d'appuyer sur les pédales. Je laisse passer Jean-Pierre. Je la finis à pieds. Je remonte sur le vélo mais une grosse et longue côte se profile. J'aperçois Eric et Jean-Pierre à pieds. J'en monte un peu et me résigne. Je  finis en marchant et en me ravitaillant malgré que le dernier ravito n'est pas si loin que ça. En haut, je repars avec prudence mais tous les témoins sont de nouveaux vert. Je repasse sur le 44 pour finir. Une poussière...de fatigue....dans le turbo ou le carbu ? probablement, j'ai beaucoup donné aujourd'hui, mais je suis vraiment ravi de ma performance... pour le futur (Patrick si tu me lis).
Je retrouve Eric et Jean-Pierre sous l'arche. Sébastien et Olivier arrivent à leur tour. Nous allons nous restaurer sur une table en plein soleil. On est bien là !!
Il est temps de rentrer. Nous saluons Stéphane qui arrive. 
87kms en un peu moins de 7 heures au total. Vraiment une bonne journée à tout point de vue, un bon tracé, une bonne forme, une équipe sympa, tout ça sous un grand soleil.

Jean_racine_2016.JPG

(Haut de page)



Dimanche 03 avril 2016 : 
   Fontainebleau (78) 45  kms


Dimanche, Jean-Pierre me surprend dans mon garage en train de me préparer Eh oui il n'avait que 5 m de retard. J'opte pour la tenue d'été, ce qui me vaudra  des moqueries de Sébastien "Il est beau ton maillot de bain" alors qu'il est comme, à son habitude, habillé en "Grand froid" malgré les 20 degrés annoncés dans la matinée. (J'en reparle plus tard).
Dernière ligne droit avant la JR : 4 protagonistes étaient au RDV. Jean-Pierre, Sébastien et Patrick. Un parcours plein de côtes est au programme. 
Départ par la route des artistes vers Cuvier Chatillon. On prend la route tournante, avec son single dévers, jamais très facile et encore moins aujourd'hui avec un terrain détrempé. D'ailleurs, je vois la roue arrière  de Jean-Pierre se déporter tout doucement du mauvais côté pendant quelques mètres avant qu'il ne redresse sa trajectoire. 
Le rythme est tranquille jusqu'à ce que une belle ligne droite (route du Serpolet ?) se présente à nous après une longue descente. J'appuie, sans effort, (merci le 44) pour rattraper Jean-Pierre. Je me cale dernière lui mais il m'asperge à cette vitesse. J'ai alors la bonne idée de passer devant en prenant sur l'herbe. Et là ! C'est pire. Le sol est vraiment trempé et je n'y vois plus rien. Je continue avant de ralentir au prochain croisement, Patrick était juste derrière. Hum, c'était bon.

Nous passons par les longues vallées et sa terrible montée que Patrick et Jean-Pierre passent. Malheureusement, ma trajectoire n'es pas bonne et je stoppe au 2/3. Dommage, une de mes préférées. Pas grave, j'adore la prochaine les Vestiges. Quasi en haut, je choisis l'option de gauche, comme d'habitude pour éviter la racine. Erreur ! c'est tout mou. Je commence à être un peu frustré. Nous descendons vers le Mont St Germain. Je suis dans la roue de Seb....trop.  Quasi haut d'une difficulté, j'accélère la cadence pour passer quand soudain seb butte et s'arrête. Je n'ai pas le temps de décrocher et tombe le cul sur un rondin; ouie ouie ! Je mets deux/ trois minutes à m'en remettre.
Le tracé bifurque à droite dans un single mais il y a du monde. Je suis dans la roue de Sébastien mais il freine au point de s'arrêter et dans mon élan, j'arrive à sa hauteur, je m'appuie sur lui et le pousse dans les ronces (Il l'aime pâs les calins dans les ronces le Seb smile
Nous allons jusqu'à Dénécourt. Ca glissouille vraiment. Je me rappelle pourtant être passer avec moins de difficulté. Petit pause à la tour. Seb se fait kidnappé par un groupe pour les prendre en photo.

Nous repartons par la Roche Eponge et probablement les Martyrs. Je butte dans un arbuste sur le bas côté, Impossible de repartir. Je laisse passer Patrick et Seb puis remonte tant bien que mal sur mon VTT.

Nous arrivons aux montagnes russes de la Croix d'Augas. Un monde fou ici. Je m'applique à enchainer les bosses, quand soudain, un vtt me colle. D'ou y sort celui là ? il me double avec une grand facilité !! En y regardant de plus près, c'est une VAE, tout s'explique, j'ai eu peur. Nous passons par le Mont Ussy. Je m'applique sur la route Leopold à monter en 32 jusqu'au bout, le haut est encore plus raide (le Jean-Pierre n'est pas loin) mais je paie un peu mon effort. Je mouline tranquillement dans la côté suivante quand je sens quelqu'un arriver à ma hauteur. Je fais un nouvel effort. C'était une attaque du Seb, cette fois. Je lui demande ou y va comme ça !!! non mais.
Nous nous apprêtons à attaquer la terrible côte du Mont Fessas mais pas de Jean-Pierre. Il arrive après 2 minutes. Grand prouesse de Sébastien qui passe comme une fleur...enfin presque. Nous croison Alain et son troupeau dans les Georges du Houx. Le passage emblématique est bien creusé. Patrick passe du premier coup. Je m'y reprends plusieurs fois mais rien à faire, la grosse racine me perturbe. Il fait un temps magnifique, et mon maillot de bain fait des envieux. C'est agréable d'être en cuissart/ maillot.
Direction Franchard. Je me régale avec de belles lignes droites qui s'enchainent. Dans le dernière, la route des Monts Girard. je maintiens la cadence. Je la joue "stratégie" et bloque le compteur à 25/26, sachant que Jean-Pierre, avec ses développements, tourne autour des 23/24. Il chauffe son pignon de 11 et lui aussi !! (Si tu veux j'en ai en stock, des tout neuf ). Petite pause de 20 secondes pour attendre Seb (Patrick nous a lâché à Franchard pour rentrer) puis nous repartons, Jean-Pierre, moi et Seb. Dans la dernière montée avant le parking d'Apremont, Seb attaque, je prends sa roue, on se frôle mais il n'y a pas de place pour 2 sur le single et je ne suis pas sur la bonne trajectoire. Je me mets dans sa roue en maintenant la pression jusqu'en haut. Chose promise : Seb, premier, Benoît deuxième. On règlera ça mais sans préméditation. (bien évidemment, ce genre d'acte ne peut rester impuni, tu t'en doutes, un conseil...amical, continue le vélotaf, ca peut servir). On rentre par le retour Jean-Marc et on finit par une variante Jean-Pierre. 
Encore une belle sortie de 45kms. Un parcours vraiment très interessant tout comme celui de la semaine dernière. Grand soleil et 20 degrés et plein d'humidité.

(Haut de page)

 Mars



Dimanche 27 mars 2016 : 
   Fontainebleau (78) 64  kms

Juste une éclaircie de profile à l'horizon pour dimanche matin. Le coach a prévu un parcours "consistant" à Fontainebleau. On se retrouve sur le parking qu'avec Sébastien. D'ailleurs, nous sommes les seules voitures, effet changement d'heure. 
Départ traditionnel par Apremont. Le terrain est super humide. Impossible de passer dans le fameux goulet. Jean-Pierre butte sur une racine et dévale en arrière. Je fais quasi de même plus haut. Nous tournons à l'inverse de d'habitude, ce qui me parait pus facile, les Vestiges, Remiremont sont une simple formalité dans ce sens. Nous jardinons un peu avant le cimetière de Samois avant Dénécourt. Le parcours est vraiment interessant, une alternance de roulant, de côte, de descente. Nous allons vers le sud de Fontainebleau et la célèbre butte Montceau également plus facile, suivi par la terrible montée du Mont Andart que, eh oui, je passe entièrement dans la roue de Jean-Pierre, qui butte quasi au sommet. Une première me semble t il !Le rocher d'Avon est toujours aussi sympa et nous descendons encore Bouligny, Malmontagne, les étroitures avec son décor vosgien. Je pousse quelques petites accélérations avec le 44 dès que le terrain est propice tout comme dans quelques côtes. Je commence à le payer. Nous remontons sur Franchard puis la "côté pavé". Jean-Pierre prend le large pendant que.....je me vautre à 2 km/h devant Sébastien. Dommage une de mes préférées. Nous passons par le Camp d'Arbonne avant Apremont. Un grosse averse nous oblige à rejoindre la voiture par la route au lieu du retour dit "Pedalator".
Nous arrivons trempés avec 64 kms en 5h38 et 1300 de D+. Un bonne entrainement pour la JR d'après le coach !

(Haut de page)



Dimanche 20 mars 2016 : 
   La Grangeoise à Grange le Roi  (91)   67 kms

Retour aux sources ce we : 

1) Mon 29 était équipé d'origine avec une transmission  10 vitesses. Phénomène de mode qui penche même aujourd'hui vers le 11. L'inconvénient d'une transmission 10v est que l'on passe son temps à mouliner, peut être normal puisse qu'il faut priviligier la motricité. Mais dés le départ j'ai regretté le triple plateaux équipant mon Lapierre, étant adepte d'un plus grand développement à l'avant qu'à l'arrière. J'avais gardé à l'esprit d'y réfléchir lorsque ma transmission présenterait des signes de fatigue, et le moment est arrivé. Je fais donc un inventaire de mon matériel 9v. J'ai le pédalier, les roulements, le dérailleur arrière, une chaîne et les shifters. Malheureusement le dérailleur avant n'a pas un collier de bon diamètre, celui du coach non plus. Petite commande sur internet et vendredi soir je commence le changement de transmission. 

2) Je me ravis (un peu égoïstement) de me retrouver seul avec Jean-Pierre sur la Grangeoise. C'est une rando que nous avons fait à plusieurs reprises lorsque nous étions jeunes avec son célèbre single de l'autoroute. 

Nous sommes garés en plein champs et en plein vent. Il est glacial. Mon clin d'oeil habituel : 5 € l'inscription.  

Le tracé fait plien de détours dans la forêt de Dourdan. Les bosses nous réchauffent un peu. Nous roulons correctement, quand, dans la première bosse, un VTT me dépasse...tranquille....il est "assisté". Il y en a de plus en plus. De retour sur le plat , nous lui tenons tête sans problème. Jean-Pierre est en forme, il prend toutes les difficultés en danceuse. Bof, je continue à mouliner. J'ai un peu mal aux jambes ce matin.  Avec mes nouveaux développements, j'ai besoin de reprendre mes repères. Je retrouve mon 44 avec plaisir,...sur les lignes droites....un peu au détriment de Jean-Pierre mais ça fait du bien les petites accélérations !! Nous arrivons vite sur le premier ravitaillement, seulement 15 kms au compteur. Peu de monde tout comme sur le parcours. Pourtant il y avait beaucoup de voitures sur le parking. Le terrain est relativement sec. Seule une montée complètement détrempée est rendue impossible. Nous la passons en poussant le vélo, les pieds dans la boue. 
Deuxième ravito, avant de nous diriger vers le fameux single de l'autoroute. Beaucoup d'organisateurs au ravito mais quasi aucun sur le parcours, dommage ! Je laisse donc Jean-Pierre en tête pour l'un de ses singles préférés. Il se fait vraiment plaisir. J'ai un peu de mal à suivre sa cadence. Le tracé est maintenant à mon avantage. Je me régale dans les grandes lignes droites le long de l'autoroute. C'est maintenant Jean-Pierre qui fait l'effort pour rester dans ma roue. Le "44" parle ! Dernier ravitailement après 47 kms près de Villouré me semble t il. Nous repartons pour le final. A ce rythme, la dernière boucle risque d'être rapide. Et c'est reparti, sur le même rythme Nous redescons vers le sud de Dourdan. Dans une grande allée, un peu cabossée, Jean-Pierre butte sur une racine ou un caillou et casse un rayon. C'est en fait la vis qui a lachée,  assez fragile. Il sort le fameux "Rilsan" et nous repartons. Comme à son habitude maintenant, Monsieur 10 kms accélère. On zizague à grand vitesse dans les singles. J'ai l'impression qu'il essaie de me lâcher. Malgré que je ne sios pas au mieux aujourd'hui, je garde sa roue. Il doit d'en apercevoir car il en remet une couche régulièrement. C'est l'ultime mur de l'arrivée. Je le passe sans mais ne peut accélerer d'avantage. Dans un ènième effort, il me repasse à mi pente. Je l'encourage. Bravo surtout vu le rythme emmené des 10 derniers kilomètres. Je ne peux faire plus. 
Une super sortie  rythmée de 67 kms en 3h50 et une moyenne avoisinant les 18. Tout ce qu'on aime. En mangeant notre hot dog, nous saluons Mathieu, que je ne connaissais pas. 
Comme sur le parcours, personne au lavage, mous mettons un coup de jet, les vélos sont plus sales que prévu. Pourtant il y avait 360 personnes aujourd'hui, mais ou ? Retour à la voiture, le vent est toujours frigorifiant.

(Haut de page)



Dimanche 13 mars 2016 : 
   La rando Val Essonne à Cerny  (91) 62  kms

Me voilà de retour sur une rando organisée: La rando Val Essonne de Cerny. On a pris rdv avec Patrick, Stéphane. Il y a déjà beaucoup de monde sur place. Nous sortons les vélos de la voiture pour aller rejoindre les inscriptions ou nous attends Patrick.....à l'intérieur du gymnase. Le soleil brille mais il est accompgné d'un vent nord assez frigorifiant. Jean-Pierre avait prévu un temps printanier et à juste pris les gants d'hiver. Moi, j'ai fait l'inverse. J'ai donc les mains congelées. Il  espère se réchauffer dans la première difficulté. Ca s'engage bien, nous partons à l'inverse de d'habitude. Nous ne montons pas directement  vers le GR11 mais faisons une boucle autour du "Sanglier". Jean-Pierre prend le commandement, suivi rapidement par Patrick et Stéphane. Patrick a l'air en forme aujourd'hui. J'avais le souvenir d'un Patrick agonisant sur une machine avec des roues de motocross ! Le terrain glissouille dès le premier sous bois. J'ai peur que la rando soit plus chaotique et longue que prévue. Mais en fait non, le sol sera tout à fait correct. J'ai un peu de mal à suivre le trio, surtout Patrick qui fonce dans chaque descente comme à son habitude. Je continue sur le même rythme jusqu'au premier ravitaillement à côté de Janville. Nous retrouvons Christophe à notre arrivée. Stephéane attend son pote Jean-Luc que nous avons un peu oublié. 
Cette seconde partie est plus à mon avantage. Les montées ne sont pas raides mais longues. Cela me permet de prendre un peu d'avance, avant que Patrick ne repasse dans les descentes. Jean-Pierre se tient maintenant un peu en retrait. Nous passons par Auvers Saint Georges puis Villeneuve sur Auvers.
Second et dernier ravitaillement après 38kms. Nous descendons vers Boissy le Cutté avec Patrick. Un arbre est en travers du chemin. Je prends un peu d'avance et l'aperçois régulièrement à quelques dizaines de mètres. Lors du boucle, il me rejoint. Il a eu un problème de chaussure mais a perdu Jean-Pierre qui pourtant n'était pas loin. On ralentit en discutant puis repartons. Je reconnais le départ de la rando de d'Huison. Le parcours fait une boucle autour des réservoirs. Nous sommes pas loin de l'arrivée. Dernière longue côté ou je "perds" Patrick. En haut, je ne l'aperçois pas. Je continue quand même et m'attends à le voir passer à grande vitesse dans la descente suivante. Mais personne ! Tant pis je garde mon rythme jusqu'à l'arrivée. Le temps de poser le vélo, il arrive à son tour. Jean-Pierre est déjà là. Une erreur de parcours l'a privé de la bouche de d'Huison. J'ai 61 kms il n'en a que 52.....un peu frustré. 
Comme prévu, le parcours était assez roulant mais m'a convenu. Cela m'a permis de faire un point sur mon état après 6 mois de reprise (un peu sous les moqueries de Patrick et de Jean-Pierre). J'ai voulu et réussi à garder le même rythme toute la matinée sans faire de coup de folie. A voir sur des parcours plus exigeants maintenant. 

(Haut de page)



Dimanche 06 mars 2016 : 
   Fontainebleau (77) 48  kms

Le coach est de retour. Grace matinée impossible. Petit parcours à Fontainebleau de prévu.

N'ayant rien préparer la veille, je me prépare avant l'arrivée de Jean-Pierre. Peu de monde ce matin. seul Seb a répondu à l'appel. Nous avons l'agréable surrpise de retrouver Xavier sur le parking.
Départ par Apremont, puis Franchart. Le rythme est tranquille jusqu'au point de vue de Hurlevent. Xavier nous quitte juste avant. Nous repassons par Franchard. Je reste sage dans mes attaques aujourd'hui. Seb place un démarrage, je le suis, mais reste dans sa roue, à sa grande surprise. J'ai l'impression qu'il me laisse passer, donc je passe. Un "ah enfin" me lâche t il au passage. Nous faisons une pause au Mont Aigu.
La température est remontée. Il n'y a pas de vent et le soleil est présent. C'est presque le printemps !!  Jean-Pierre improvise une descente. Il avale le single du Mont Fessas. Le tracé passe par la tête à l'âne et sa montée impossible qui a fait notre bonheur lorsque nous étions jeunes et en 26''. Normalement ça devrait mieux passer en 29. Effectivement le cabrage a disparu mais pas la pente. Nous nous y reprenons plusieurs fois. Je m'enlise dans les feuilles lors de ma dernière tentative tandis que Jean-Pierre passe sur la partie en dure. Bravo ! Seb se contente d'observer. Le haut est toujours grillagé, séquence jardinage !
Nous descendons vers la Solle avant d'attaquer les vestiges. Jean-Pierre me dépose littéralement dans une petite côte. En fait il passe trop vite pour que je puisse prendre sa roue et recoller, une nouvelle tactique du coach ? Peut être, je prends note. J'essaie de monter les Vestiges en une seule fois mais les cuisses me manquent pour passer la dernière racine. C'est au tour de Remiremont. Jean-Pierre arrive à passer du manière pas trop conventionnelle. Il reste plus ou moins accroché après l'arbuste en haut à gauche. On ne sait pas si il attend de l'aide ou s'il va repartir....tout compte fait, il repart sans poser un pied. 
Nous empruntons le single des Longues Vallées. Jean-Pierre a franchement accéléré. Je le suis mais Seb a disparu. Je l'attends à un carrefour pendant que Jean-Pierre fait de même plus loin. Il a un coup de moins bien. Je baisse le rythme afin qu'il reste dans ma roue sur la route Tournante. 
Nous descendons sur la carrefour de l'Epine. Jean-Pierre entame la route des artistes d'un coup de pédale décidé. J'abandonne Seb pour rester dans sa roue. Il l'a joue encore tactique. j'accélère, il me laisse passer. J'essaie de garder un bon rythme mais à quelques dizaines de mètres du parking, il est là le bougre et me dépasse. Je descends sur le dernier pignon et appuie comme un fou sur les pédales malgré les jambes qui me brulent. Comme disent les routards je passe la ligne d'un boyau. On souffle comme des boeufs devant la voiture !.
Une belle sortie de 48 kms en 4h20. 

(Haut de page)

 Février



Dimanche 21 février 2016 : 
   Route A/R Villejust (91)  38 kms

Retour du côté obscur. Mes ligaments croisés "gauche" ont moyennement apprécié mon initiation au snowboard,  les chutes à répétition pour appréhender les téléskis ont été grandioses. Je décline donc l'invitation de Jean-Pierre pour un tour à fontainebleau. Les douleurs (que je connais bien) s'estompent mais je préfère rester sage. Pas de difficulté à marcher donc ce sera un tour sur route.
J'ai enfin reçu une transmission neuve de chez Alltricks et Probikeshop après un long périple, Colis relais ayant livré une commande à 5 kms de chez moi et l'autre toujours en attente de livraison je ne sais trop ou. Un peu rageant alors que le CR est en bas de ma rue. Bravo à Probike qui n'a pas hésité à me renvoyer mes achats en colis express....Ca faisait plus de 2 semaines que j'attendais.
Je n'ai pas eu le temps de la monter, mon VTT est donc et restera en config TT pour la route. Un petit coup de compresseur dans les pneus et c'est parti pour un tour d'une quarantaine de kms, trace que j'avais déjà fait avec Jean-Pierre. 
La route est encore ruisselante lorsque je décolle.....à 9h00. J'espère que le temps se tiendra. Je n'ai pas envi de revenir frigorifier come début janvier. Il ne fait pas froid ce matin, la température avoisine les 10 degrés avec du vent. je n'aurai personne pour m'abriter. Après quelques tours de roue, mon genou me rappelle gentiment à la réalité mais sans plus. 
Le départ est tranquille le long de la A6. J'ai le vent de face à Ballainvilliers. Super, ça ne rendra le retour que plus facile. 
Je me dirige vers la première difficulté : l'allée de la Chasse à la Ville du Bois. On va voir dans quel état sont mes jambes. Le retour de ski me pose généralement quelques difficultés. Je ne pars pas sur un gros rythme mais j'arrive à le maintenir jusqu'en haut. Pas trop mal cette année. J'attaque en confiance la montée de Villejust. je la passe sur le 36. Un bon vent m'accompagne sur le plateau de Villejust. Je redescend vers Marcoussis. Je file....vent arrière. Le 36X11 est largement insuffisant. Le rythme baisse d'un seul coup lorsque je biffurque à gauche vers le fameux escargot. Je m'accroche pour le passer toujours en 36. J'aborde la grosse descente vers le CN de Rugby et retrouve un vent favorable. LA "grosse" difficulté du jour arrive, la montée vers la butte de Nozay. Je n'essaie même pas en 36, je passe le 22 et mouline . Elle est vraiment raide. 

La suite n'est que formalité, Monthéry, Villiers, Villemoisson pour le retour. 40kms en 2h.

(Haut de page)

 Janvier



Dimanche 24 janvier 2016 : 
   Fontainebleau (77) 54  kms

La dream team est au rendez vous. Nous saluons le retour de Sébastien. Patrick a préféré faire de la route, pas de problème de taille de pneu. Il y a bien fait, ça envoyait du lourd par moment aujourd'hui. Mary, Jean-Marc, Jean-Pierre, Sébastien, Xavier et Richard sont présents. Départ technique habituel, chiant au possible dans Apremont jusqu'à la mare à Dagneau. Tout le monde est unanime sur la trace sauf Jean-Pierre. J'en parle à Jean-Marc. Nous sommes en phase : nous partons à l'opposé de la trace. Arrêt synchronisation : Jean-Pierre ne nous a pas envoyé la bonne mais il ne l'a pas lui non plus ! Donc navigation à vue, rien d'inquiétant pour un commandant de bord sauf que nous devrions être dans le rocher d'Avon qui est tout simplement à l'opposé de notre position. On coupe donc au plus court. Nous tombons sur une descente courte mais assez raide, jonchée de racine. Un vent de folie passe en moi et je me lance et....ça passe nickel. J'en suis un peu surpris mais ça permet d'augmenter le capital confiance. Même Jean-Pierre est surpris, pour dire, d'autant que Sébastien s'est un peu loupé mais un beau sapin l'a arrêté sans bobo. 
Nous jardinons dans le Cabanet Masson près de l'hippodrome. J'essaie de récupérer un chemin, moi, l'aubépine, pas trop ! On prend les grands chemins en direction du sud. Mary ronchonne, beurk c'est trop roulant, on a fait de la route hier .... Mais on arrive vers le centre équestre du Grand Parquet : plein de sable mou. C'est déjà moins roulant.
Nous récupérons la vanne dans le rocher de la Salamandre. Il est déjà 11h30, Xavier et Richard préfèrent nous saluer pour ne pas rentrer trop tard. C'est la pause ravitaillement avant le mont Morillon. Nous ne prenons pas le même parcours que d'habitude et j'ai du mal à me repérer. Mais impossible d'oublier l'Avenue  de Maintenon et sa côté infernale devant le château, premier challenge du jour. Jean-Pierre et Sébastien sont aux avants postes. Le départ est trop rapide pour moi. Je m'accroche pour ne pas être trop décroché. Seb cède assez facilement mais le coriace Jean-Pierre est bien là. Je m'arrache pour le dépasser. Le cardio est à son maximum en haut....enfin surement.
Nous traversons le rocher d'Avon, toujours aussi sympa. Je pousse une petit pointe le long de la voie ferrée avant le mont Andart. Il y a un chemin droit dans la pente ...que réclame Mary. Jean-Pierre s'élance et malgré la pente, il est quasi un haut. Je l'encourage alors que nous sommes déjà tous à pieds. Bravo ! Trop fort !
Nous sommes évidement dans le coin de la butte Monceau. Lors de notre dernier passage, Jean-Pierre n'avait pas pu se battre, rappelez vous, il rattachait ses pignons les uns après les autres avec des colliers rilsan. Je me positionne juste dernière, je le vois bloquer la fourche et l'amortisseur. Super ! Une fois de plus il démarre trop fort pour moi et je me fait distancer, je reste sur mon rythme, je reviens sur le lascart en appuyant fort sur les manivelles et le dépasse. Mais il n'avait pas dit son dernier mot, "Jean-Pierre". Il est maintenant dans ma roue. Je mouline comme un fou pour rester devant jusqu'au sommet. C'est la remontée vers Fontainebleau puis les montagnes russes jusqu'à la Croix d'Augas. 
L'intensité du peloton baisse un peu jusqu'au rocher Cassepot. Le coin est un peu humide. Je fais l'erreur fatale. Je déclipse et pose le pied sur un rocher, boom, devant Mary qui regrette de ne pas avoir son appareil photo à la main. Nous sommes vraiment dans le très technique. Je suis distancé. Seul je ne préfère pas prendre de risque dans les endroits chauds. Quasi en bas , je vois Jean-Marc qui revenait sur ces pas, inquiet de ne pas me voir, merci.

Je commence à payer mes efforts. Un ravitaillement éclair avant le Carrefour de Belle Croix m'arrange bien. Je finis ce que j'ai dans le camel car je connais la suite du tracé, c'est tout simplement la route du Luxembourg. Comme prévu ça envoie dans la descente  (je suis bon dernier) puis on garde un bon rythme sur le plat. C'est Mary qui fait parler la poudre. Je reviens sur le groupe  avec tout à droite, et accélère. Je passe et reste en 36X11.... et cette fois jusqu'au parking. Je m'aperçois que Sébastien et Jean-Pierre avaient pris ma roue.

Je prends la route des Artistes avec Sébastien. Mais avant l'arrivée, Jean-Pierre nous dépose dans une super accélération. Il est en forme le bougre. Seb le prend en chasse, j'admire le duel.
Belle sortie improvisée, physique, technique, roulante.... mais dur dur. 54kms au total et un bon 1000 de d+.  Nous avons même eu un rayon de soleil pour finir. Une bonne préparation pour Larchant parait-il, au fait, il semblerait qu'elle a encore pris 1 €, inadmissible !

(Haut de page)



Dimanche 17 janvier 2016 : 
   Fontainebleau (77) 38  kms

Tout le monde s'était donné RDV à Barbizon, le parking est déjà plein à notre arrivée. Deux groupes sont prévus Bastien, Alain, Patrick et Olivier PI, Jean-Pierre et moi. Le parcours est commun les 10 premies kilomètres. Début technique, un peu trop pour moi, dans Apremont avant de rejoindre Cuvier Chatillon. Bastien nous fait découvrir des coins sympas pour l'oeil mais pour le VTT. Tous ces "machins" impossibles à passer ou en s'y reprenant plusieurs, trop peu pour moi. C'est donc avec une joie cachée que l'on se sépare de Bastien, Alain et Patrick. Ouf il était temps, l'heure tourne mais pas le compteur ! 
Jean-Pierre emmène le trio dans le magic single vers Samois. Nous montons rarement jusqu'ici. On entend plus de bavardage, il faut dire que le rythme à changé d'un seul coup. On file dans le single à bonne allure tout en étant attentif au terrain, la moindre racine nous enverrai au sol.
On jardine un peu au niveau du cimetière de Samois mais nous repartons de plus belle. Nous zappons Dénécourt puis passons par les bosses de la Croix d'Augas.L'heure avance. Jean-Pierre a une contrainte, nous coupons donc le retour et rattrapons la route du Luxembourg près de l'hippodrome. J'ai pris la tête du groupe à un bon rythme lorsque je comprends que nous arrivons sur la côte goudronnée montant vers les carrefour de Belle Croix. Aie. Erreur de stratégie, je tente le début sur le 36 en danseuse. Deuxième erreur. Je me rassoie en passant sur le 22. A mi pente, Jean-Pierre, qui avait préparé son coup passe en tête suivi d'Olivier. Je ne peux qu'attaquer Olivier mais Jean-Pierre est déjà en haut. Pas grave ! Je repars de plus belle sur le plat, route des Liqueurs, Olivier dans ma roue et.... maintenant c'est à Jean-Pierre de payer son effort. On lui prend quelques mètres.  Tout ce que j'adore !!!! Nous bifurquons route de Lebel pour rattraper de nouveau celle du Luxembourg. Jean-Pierre a de nouveau repris la tête et fonce dans la descente avant la longue ligne droite jusqu'au carrefour l'Epine. Je mets le développement maximum (36x11) et le repasse. J'essaie de tenir le plus longtemps possible pour repasser sur le 13. Olivier, qui était dans ma roue passe. Je m'accroche pour revenir à son niveau. Le parking est en vu. Ouf ! Nous rentrons tranquillement par la route des artistes. 38 kms au total. 

(Haut de page)

  


Date de création : 04/01/2016 @ 09:32
Catégorie : -
Page lue 1136 fois

Météo locale
Visites

 92447 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Webmaster - Infos
Document généré en 1.15 secondes